L’effet d’une soirée d’entrepreneures | Chronique d’une Sans Emploi Fixe |42

Montant l’escalier qui mène à la bibliothèque du musée, je repense à hier soir. Une soirée d’entrepreneures en petit comité. Un moment génial et magique entre quatre femmes indépendantes et pleines d’énergie. Et vous savez quoi ? Ces quelques heures de partages m’ont particulièrement nourrie.

Continuer la lecture de « L’effet d’une soirée d’entrepreneures | Chronique d’une Sans Emploi Fixe |42 »

La rage d’avancer | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 26

Voilà l’automne et disons-le platement, cela fait un mois et demi que je suis au chômage à mi-temps. J’ai pu rédiger quelques publications en freelance (merci Smart) mais grosso modo, c’est calme. Et j’ai la rage. J’ai la rage d’avancer, la rage de mettre en place toutes mes idées pour continuer à vivre de ce qui me plaît. J’ai la rage parce que je n’ai pas avancé autant que ce que je voulais et parce que le temps, c’est de l’argent, d’après les banquiers (et tout le monde sait que ce sont eux qui contrôlent notre monde… plus ou moins). J’ai la rage parce que j’adore écrire pour payer mes factures et que je n’ai pas vraiment envie de retourner en intérim (même si je le ferai sûrement si besoin).

Continuer la lecture de « La rage d’avancer | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 26 »

10 choses qu’il faut se rappeler au quotidien lorsqu’on cherche du boulot

Cela fait quatre ans que j’ai quitté l’université… et les périodes de chômage ont alterné avec les missions d’anthropologie : parfois une semaine, parfois un-deux-trois mois, parfois plus. À chaque fin de mission, j’oscillais entre la satisfaction du job accompli et l’inconnu du reste de mon avenir. Je percevais les premiers jours comme un peu de temps de repos après avoir mené ma mission à bien et j’en profitais pour faire toutes les choses que j’avais mises de côté afin de rester concentrée. Généralement, c’est après une semaine ou deux de repos/occupation avec les tâches quotidiennes et autres petits projets bénévoles que je commençais à développer un état de lassitude et de démotivation… et c’est dur d’en sortir.

Honnêtement, je ne suis toujours pas certaine de connaître les ingrédients de « LA réussite » pour sortir de ces périodes de chômage. Mais à force, j’ai quelques idées qui se sont dessinées et j’espère que cela va aider certains d’entre vous.

Je ne souhaite rivaliser avec personne. J’espère juste qu’on va tous s’en sortir.

C’est vraiment important de garder en tête les choses suivantes :

  1. Qui êtes-vous ? Quelles sont vos compétences et vos atouts ? Quelles sont vos préférences de travail ?
    Personnellement, l’unif m’avait déjà appris que je suis adaptable et que j’apprends vite… Mais c’est en travaillant en tant qu’intérimaire dans un supermarché que je me suis rendue compte que j’appréciais vraiment le travail d’équipe. J’avais également sous-estimé ma capacité à relativiser et mettre en perspective le fait que les autres sont humains et font parfois des choses qui peuvent m’embêter ou ne pas me paraître logique… Il faut dire que mon expérience familiale m’avait vraiment fait croire que j’étais susceptible, ce qui n’est apparemment pas le cas du tout dans le domaine professionnel.
  2. La positivité amène plus de chances que la négativité.
    Notez des phrases rassurantes un peu partout chez vous. C’est important parce que – let’s face it – les gens avec qui on vit ne savent pas forcément trouver les bons mots (je ne vous raconte pas le nombre de fois que j’ai attendu une petite phrase de soutien et d’encouragement de mon entourage et que je n’ai eu qu’impressions d’être stupide, incapable de passer à autre chose et inadéquate pour m’intégrer à la société).
  3. Il vous faut des phrases telles que :
    Croire en un meilleur avenir implique de penser, parler et agir comme si c’était déjà le cas… les émotions aident beaucoup.
    Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.
    Je sais que le futur fait peur mais vous trouverez votre voie !
    Ce que vous pensez maintenant crée votre futur. Alors respirez et définissez ce que vous aimez et aimeriez dans votre vie.
    Ce n’est jamais trop tard pour un nouveau départ.
    Il y a toujours une raison de SOURIRE. Trouvez-la.
    Appréciez ceux qui ne renoncent pas à vous.
    Faites de vous-mêmes la priorité de temps en temps. Ce n’est pas égoïste, c’est nécessaire !
    Vous ne pouvez pas forcer une connexion avec quelqu’un. Nous rencontrons les bonnes personnes au bon moment dans les bonnes circonstances.
    La vie est meilleure lorsqu’on ne prend pas tout sérieusement : riez !
    Vous ne devrez jamais forcer quelque chose qui doit vraiment être.
    Tout stress, anxiété, dépression est causée lorsqu’on oublie qui on est et qu’on commence à vivre pour faire plaisir aux autres.
    Peu importe à quel point vous êtes ouvert et paisible, les gens ne pourront vous découvrir qu’aussi profondément qu’ils ne se connaissent eux-mêmes.
    Parfois, s’accrocher fait plus de dégâts que de lâcher prise.
    La confiance, ce n’est pas : « Ils vont m’aimer. » ; c’est plutôt « J’irai bien, même s’ils ne m’aiment pas. »
  4. Que voulez-vous faire de votre vie ? Quel est votre job idéal et votre plan de carrière ? Souhaitez-vous un emploi qui laisse du temps pour d’autres activités ? Souhaitez-vous travailler longtemps à horaire stable ou à horaire fixe ?
    N’oubliez pas de considérer le fait que parfois, on pense vouloir quelque chose et il s’avère qu’on n’en a pas besoin.
    Définissez bien votre but dans la vie en fonction de qui vous êtes et voulez être.
  5. Pour ma part, je pensais que j’appréciais être là pour mes collègues archéologues quand ils avaient besoin de moi. Et il s’est avéré que j’avais du mal à supporter le fait qu’on ne me considère pas comme utile en dehors de ces moments-là. J’ai découvert que je suis quelqu’un qui donne beaucoup, a beaucoup d’idées et de courage pour mener à bien un projet et seulement réaliser des missions par moments, ce n’était vraiment pas satisfaisant… car je savais qu’il y avait bien plus à faire ! J’ai essayé de partager ces pensées avec les personnes qui décidaient des budgets, mais ce sont des choses qui prennent du temps… et je ne souhaitais plus attendre.
  6. Vous allez traverser des moments difficiles, constitués de sentiments de rejet, d’abandon, d’insécurité, d’inutilité… mais c’est temporaire. Rappelez-vous que les seules personnes qui restent au chômage toute leur vie et dépendent d’autres personnes l’ont choisi et accepté… pour des raisons d’organisation familiale, voire un manque d’envie de s’intégrer à la société.
  7. Chaque situation de vie est temporaire. Lorsque la vie est bien, profitez-en à fond. Lorsque la vie ne va pas si bien, rappelez-vous que cela ne sera pas pour toujours et que de meilleurs jours s’annoncent.Votre moment arrivera.

  8. Quoiqu’il en soit, si vous ne souhaitez pas rester dans cette situation difficile, vous n’y resterez pas. Identifiez les éléments qui vous y coincent : manque de confiance en soi, difficulté à convaincre un employeur, budget limité dans votre domaine, absence de voiture, besoin d’un permis, besoin d’une formation complémentaire… Pensez-vous que cela soit surmontable ? Soit vous acceptez la difficulté telle quelle et trouvez une parade pour que cela ne vous empêche pas d’obtenir un emploi, soit vous résolvez la situation et définissez des choses à faire pour cela (voir un coach pour la confiance, regarder après une voiture à acheter ou louer, s’organiser pour vous préparer au permis ou à une formation…).
  9. Les rejets de candidatures… ne sont pas vraiment dirigés contre vous.
    C’est dur de ne pas le prendre pour soi, surtout à force d’avoir des réponses formelles, toutes faites et qui se ressemblent toutes, mais cela n’a rien à voir avec vous si les personnes chargées de sélectionner les candidats ne vous prennent pas.
  10. Pensez-y un instant : vous êtes assistant RH et vous devez trouver des candidats potentiels pour un poste. On vous donne la description d’emploi à laquelle les candidats ont répondu. Vous avez une centaine de CV sur votre bureau et vous devez faire la première sélection en moins d’une heure. Le premier critère que vous passez en revue sur tous ces CV est le diplôme. Tous les autres qui n’ont pas le diplômes requis sont mis de côté, même si leur expérience leur a apporté les mêmes compétences. L’étape suivante, ce sont les preuves temporelles d’expérience et des compétences recherchées que vous visez sur les CV restants… etc.
    Vous voyez ? Ce n’est pas contre vous. Vous vous seriez probablement éliminé vous-même avec ce principe. Heureusement, tous les employeurs ne sont pas comme ça.
  11. Restez ouvert(e) aux nouvelles opportunités !
    On ne sait jamais ! Vous pourriez avoir la possibilité de vous découvrir de nouveaux aspects de vous-mêmes avant de trouver quelque chose de fixe ! Parfois s’engager dans un projet bénévolement peut vous aider à rencontrer des gens qui pourraient vous aider dans votre recherche.
    Ou même, vous pourriez être appelé par une agence à laquelle vous avez envoyé votre CV il y a plusieurs mois et où une place se libère…
  12. Personnellement, cela faisait près de trois mois que j’avais trouvé une situation plutôt intéressante et confortable lorsqu’on m’a proposé un emploi stable, tel que je le désirais depuis un moment.
    En fait, j’étais tellement déconnectée de mon gsm lorsque je travaillais en rayon et préoccupée par mes projets d’édition en freelance que j’ai failli laisser tomber cette chance avant même de la considérer. C’était trop beau pour être vrai, et j’avais laisser tomber. Je n’y croyais plus et je me sentais bien dans la situation où j’étais.
  13. Améliorer son CV et trouver des mots-clés appropriés pour vos compétences sont deux choses importantes avant d’envoyer votre candidature.
    Mettre à jour son CV, c’est parfois rébarbatif… mais l’améliorer est important, surtout selon d’autres perspectives. Demandez des conseils à des amis, des parents, des conseillers d’agence intérim, etc. Vérifiez que vous utilisez les mêmes mots-clés que les entreprises pour lesquelles vous postulez. Être créatif peut aussi augmenter vos chances d’attirer l’attention 🙂
  14. Travailler réellement par moments, réaliser des projets concrets que vous pouvez mettre en valeur peut vous aider à démontrer vos compétences. Être bénévole pour une association, cela donne un aperçu de la réalité du monde du travail… que l’on perd parfois quand on reste au chômage trop longtemps. Vous avez beaucoup de choses d’en apprendre sur vous-mêmes de cette façon, que ce soit en travaillant en intérimaire ou en étant bénévole pour une cause qui vous est chère.
  15. Veiller à avoir des journées remplies mais flexibles !
    Autant il est important de s’occuper avec des projets, diverses activités et quelques hobbies, autant il faut également rester disponible. Une telle flexibilité est difficile à maintenir lorsque la routine s’installe… et que l’on se lance dans plusieurs projets. Il ne sert à rien de rester disponible tout le temps et d’attendre sagement que les entreprises vous contactent en retour. Il vaut mieux être proactif, s’investir à la fois dans certaines activités et à la fois aller vers les entreprises qui vous intéressent.
  16. Être trop déconnecté de la société nuit beaucoup lors de l’entretien.
    Afin de limiter les poussées de sincérité trop intenses en plein entretien, il est important de rester connecter aux autres : autant le monde du travail que les amis et la famille. Il arrive fréquemment que l’on oublie – sans le vouloir – de faire la différence entre un interlocuteur internaute, des proches, des amis et … le potentiel employeur. En fait, quand on est trop branché sur soi, son ressenti et son envie de travailler, on a tendance à compartimenter les candidatures et jobs et on se trouve déconnecté du monde extérieur. La conséquence est souvent une incapacité de se contenir de parler en présence de personnes à l’écoute.
    D’ailleurs, même en vivant avec des gens (parents, partenaires, colocataires), ceux-ci ne sont pas toujours véritablement disponibles et disposés à écouter nos désirs et motivations pour un emploi. Comme un(e) étudiant(e) en blocus qui voit peu de monde pendant plusieurs semaines… d’office, lorsque l’étudiant(e) se trouvera face à une personne à l’écoute, il/elle se mettra à parler bien plus que de coutume.
    De même, lors d’un entretien, l’employeur pose des questions qui peut nous donner cette impression d’intérêt sincère pour notre personne, notre volonté et nos souhaits… ce qui risque de nous mener à parler trop et perdre l’écoute de l’interlocuteur.
    Alors, sortez de chez vous suffisamment que pour vous contenir lorsqu’on vous demande vos motivations et votre idéal 😉

 

En espérant que cela vous aide 🙂
Courage les amis !

L’amour… Comment savoir ?

L’amour est un gros sujet dans la vie, dans notre société, comme dans d’autre sociétés. La question importante est toujours du style « Comment savoir… si c’est la bonne personne ? ». Il y a même un film intitulé de la sorte. De même que « Ce que veulent les femmes » et « Ce que pensent les hommes« , il y a toujours mille théories qui sortent en la matière. Les conseils fusent dans tous les sens. Les décisions de rompre sont prises bien plus facilement qu’avant, parce qu’on veut être heureux. Et notre société individualiste, qui incite beaucoup les humains à l’égoïsme, contribue à ce chiffre croissant. Bien entendu, je n’écris pas pour juger la situation des gens qui divorcent, rompent ou restent. Je crois seulement avoir trouvé un petit bout de la solution et souhaite vous la partager.

sunset love

L’amour, le mariage, le divorce…

Vu le nombre de séparations, divorces et désaccords dans un couple, de plus en plus de jeunes se demandent « comment savoir si cette personne est la bonne ? ». Certains réalisent que ça ne marche pas entre eux parce qu’ils ne s’écoutent pas ou ne se soutiennent pas. Souvent, les défauts des parents transparaissent chez nous et créent de véritables problèmes dans les moments de crise. D’autres personnes ne croient pas tout simplement pas dans le mariage… Que faut-il faire pour savoir quelle personne nous convient et si ça marchera « jusqu’à la mort »… voire au-delà ? Personnellement, je ne suis pas encore arrivée au stade de l’essai du mariage jusqu’à la mort. Mais avec le temps, je pense avoir une petite idée des meilleurs conseils à donner/recevoir pour être bien en amour.

Les âmes soeurs

À une époque, j’avais l’impression que des liens privilégiés entre âmes sœurs étaient vraiment importants et uniques… mais, au final, je crois que ce ne sont pas des liens uniques et qu’on peut avoir un super feeling avec d’autres personnes.

Les ruptures et les relations bordéliques

Si la relation n’a pas marché pour une raison extérieure, on se demande souvent comment les choses auraient marché sans cette intervention extérieure. Dans toutes ruptures, on a besoin d’une bonne raison pour ne pas espérer davantage et passer à autres choses. Mais, selon les circonstances, on n’en a pas toujours. Cela mène souvent à des relations bordéliques : soit on essaye de ne pas se mettre en couple et on est perturbé à chaque fois qu’on se voit, soit on essaye de se mettre en couple mais il faut forcer pour arriver à un semblant et ça ne marche pas des masses pour autant. Ce n’est pas drôle.
Donc, pour vous éviter cette expérience, je vais vous expliquer comment je me suis sortie de ces histoires.

forever

Les deux questions essentielles pour définir le futur d’une relation amoureuse :

  1. Quels sont les 5 critères principaux dont tu as besoin chez un(e) partenaire de vie ? Jetez un œil à mon précédent post par ici si ce n’est déjà fait.
  2. Penses-tu que la personne à qui tu penses correspond vraiment à tes critères ? 

Pour ces deux questions, vous aurez peut-être besoin d’interagir avec vos amis pour vérifier votre objectivité. Mais restez bien centré(e) sur vous-mêmes également.

Et si il/elle ne répond pas à ces critères ?

Si la personne avec qui vous êtes ne correspond pas à TOUS les critères, honnêtement, vous risquez d’aller droit dans le mur. Soyez clair(e) et déterminez précisément pourquoi vous êtes avec la personne malgré le fait qu’elle ne présente pas tous les critères.

Il/elle changera…?! Non !

Si vous comptez sur cette personne pour changer parce que vous voyez tout son potentiel, vous risquez également d’être déçu(e). C’est simple : être avec quelqu’un en espérant qu’elle change est la pire bêtise que vous puissiez faire, même si cette personne vous promet de changer. Si vous ne pouvez pas supporter cette personne dans la totalité de sa personnalité, ce n’est peut-être pas une bonne idée de vous lancer dans une relation amoureuse avec elle/lui. Bien entendu, il peut y avoir des traits de personnalité qui nous déplaisent chez une personne qu’on aime. Cela ne veut pas dire qu’il faut la virer pour autant. La question est de savoir si ces traits de personnalité vous gênent vraiment au point de ne pas accepter cette personne pour qui elle.

Évidemment, les gens changent dans une relation. C’est inévitable. Au début, la séduction masque la plupart des défauts. Puis, c’est l’intérêt qu’on porte pour la personne qui les masque. Peu à peu, les habitudes s’installent et chacun adapte son comportement en fonction de ce qu’il/elle attend de l’autre… mais aussi en fonction de ce que l’autre fait ou dit. Au final, une relation amoureuse peut changer deux personnes radicalement. Et quand cela arrive, c’est généralement dû à un problème de communication. Mais les petits changements, les petites adaptations et les petits compromis qui apparaissent au fur et à mesure sont tout à fait normaux… tant que la communication entre vous est saine. Soyez honnêtes l’un envers l’autre, surtout si vous tentez l’aventure compliquée d’une relation de couple.

love laugh

Sortir avec son meilleur ami ?

Un des avantages de sortir avec son meilleur ami (parce que oui, ça peut être une bonne idée), c’est que l’on connaît déjà la plupart de ses défauts et que l’on sait comment interpréter la plupart de ses mots. En fait, il y a quasi seulement l’étendue de son côté amoureux, romantique (pour certains) et intime que vous ne connaîtrez pas tant que vous n’essayez pas. Mais, soyez sûr(e)s d’être prêt(e)s avant de vous lancer parce que vous pourriez le/la perdre si vous prenez les choses à la légère.

Êtes-vous prêt(e) pour une relation sérieuse ?

Un dernier conseil : avant de vous lancer dans une relation avec une personne qui correspond à vos critères, n’oubliez pas de vous assurer que vous êtes bien prêt(e) pour une relation de couple. Restez honnête avec lui/elle comme avec vous-mêmes : c’est normal d’avoir besoin de vérifier si vous êtes attirant(e) après une rupture (par exemple, en essayant de séduire sans penser aux conséquences) et cela fera moins de dégâts si vous êtes franc(he)s là-dessus.

Alex & Sara

Et vous ? Quelle est votre part de solution pour trouver l’amour et être sûr(e) de vous ?

Détoxifiez votre corps : 5 actions essentielles

Comment nettoyer votre corps pour bien démarrez l’année ? Voici 5 actions essentielles pour toute détox :

  1. Levez-vous tôt !
  2. Buvez de l’eau chaude avec un citron !
  3. Prenez des « douches froides » !
  4. Faites du sport !
  5. Adaptez vos repas pour faire le plein de légumes !

***

1. Bien dormir mais se lever tôt

Même si vous êtes fatigués, c’est important de se lever tôt. Quand vous avez vraiment besoin de sommeil, couchez-vous tôt, vous récupérerez votre sommeil plus efficacement et ça ne décalera pas vos journées !

se lever tôt

2. Bien boire et commencer la journée avec une eau tiède citronnée

Boire de l’eau chaude (tiède), éventuellement avec du citron et même du gingembre, permet au corps de bien se nettoyer. En commençant la journée avec une telle boisson, vous êtes sûrs que vos cellules se régénèreront bien mieux. Pourquoi de l’eau chaude ? Parce que le corps n’est plus besoin d’élever la température de l’eau pour l’amener à votre température interne… et il peut focaliser cette énergie pour digérer et évacuer les toxines.

D’ailleurs, pensez aussi à boire suffisamment d’eau : au moins 1 l, voire 1,5 l par jour (c’est à vous de définir ce dont votre corps a besoin !). Jetez un oeil à cet article si vous voulez des bonnes raisons de boire de l’eau (et pas d’autres boissons qui contiennent de l’eau).

 

eau chaude, citron et gingembre
Photo par Dominik Martin sur Unsplash

3. Se laver à l’eau « froide »

Prendre des douches progressives – tièdes puis froides – permet d’activer votre circulation sanguine. Et quand le sang circule bien, tout va bien. Le mieux est de vous réchauffer un peu puis de descendre progressivement la température de la douche : Commencer par arroser vos pieds, remonter vers vos jambes puis votre abdomen jusqu’à la tête. Le but n’est pas de prendre une douche glacée (et éviter un choc thermique) mais juste de redescendre votre température corporelle. Vous serez aussi bien réveillé(e) et prêt(e) pour une super journée !

douche nature
Photo par Seth Doyle sur Unsplash

4. Bouger, courir, pédaler, … en bref : faire du sport

Faire du sport, c’est évacuer les toxines et émotions emmagasinées par votre corps lors des fêtes. Cela oxygène le cerveau aussi et permet même de vous inspirer dans vos projets ! J’ai listé d’autres super raisons pour faire du sport ici.

5. Bien nourrir votre corps (ça veut dire des légumes)

Pendant votre détox, c’est bien d’arrêter le sucre et le chocolat… mais vous n’êtes pas puni pour autant. Vous pouvez très bien prendre un peu de chocolat (ou une galette des rois) en dessert. Vous pouvez prendre un chocolat chaud quand vous rentrez frigorifié(e) par le vent, la pluie ou la neige de ce mois de janvier.

Mais évitez les chips avant le repas & privilégiez les légumes :
– des carottes ou du chou-fleur en apéro, par exemple
– des légumes variés dans les plats.
Limitez la quantité de viandes et de produits laitiers : croyez-moi ou non, cela encombre quand même le corps, surtout en abondance comme lors des fêtes.
Prenez vos protéines dans les légumes (avocat, par ex) ou les céréales (quinoa, par ex) pour garder votre énergie.

Petite astuce : si vous avez des envies de sucre, c’est souvent un manque de protéines. Et les envies de chocolat, c’est le signe d’un besoin de déstresser, lâcher prise et donc de faire du sport ou du yoga !

img_8700

Selon vos besoins, vous pouvez poursuivre cette détox 2 jours, 7 jours, 14 jours ou 21 jours. C’est à vous de voir jusqu’où vous voulez aller en écoutant votre corps 🙂

Et vous, quelles sont vos astuces pour nettoyer votre corps ?

Comment passer à une alimentation bio pas chère ?

Pour ceux qui s’intéressent à l’alimentation biologique, comment faire pour pouvoir se le payer ? Voici ma technique testée pendant plus de 5 ans. 



Je l’ai déjà dit dans un précédent post, notre société ne nous pousse pas vers le bien-être mais la consommation. C’est pourquoi c’est à vous de définir vos besoins pour être bien dans votre corps et dans votre esprit. C’est ça la base d’une vie heureuse.

 

Le truc pour manger bio pas cher c’est très simple : n’achetez pas vos courses habituelles en version bio !

 

Pour passer au bio, il faut faire des choix dans son alimentation. Les produits chers en bio sont principalement les viandes/poissons, les huiles, les biscuits/chocolats et les produits hors saison ou industrialisés.

Quelques conseils basés sur mon expérience :


  • Les études ont montré que la viande n’est pas nécessaire à manger tous les jours, car il y a des protéines aussi dans les légumes (et certaines céréales). Alterner entre achats viande et poissons.

  • Non, vous n’avez pas besoin d’utiliser autant d’huile. Vous jetez le fond avant nettoyage, au final. Il y a des poêles qui ne nécessitent pas d’huile, d’ailleurs. Si vous durez plus longtemps avec de l’huile de qualité, c’est tout bénef!

  • Les légumes et fruits hors saison coûtent cher, certains condiments aussi. Faites un potager et plantez les bases (persil, ciboulette, basilic). Si vous aimez les tomates en hiver, bricolez une serre. Achetez le reste. Et si vous vivez en appartement, les paniers de légumes sont une bonne facon d’acheter local de saison et à bas prix.

  • Les biscuits, chocolats et bonbons, vous le savez, il ne faut pas en abuser.

Si vous avez envie de sucré, vous avez probablement besoin de protéines.


Si vous êtes nerveux, grignoter du sucre va augmenter vos humeurs. Choisissez des en-cas du style fruits frais ou secs (plein d’oméga 3), du chocolat noir ou même du yaourt (le végétal n’impacte pas les intestins non plus).

Mon petit truc au boulot pour le moment, c’est le gingembre enrobé de chocolat ou les noix grillées.

  • Éviter les produits trop travaillés /industrialisés. Prenez le temps de cuisiner !


C’est bon pour la santé, le moral et ça détend (normalement).

  • Éviter de retourner souvent au magasin. Terminer vos armoires avant de faire des courses supplémentaires !

La meilleure façon de limiter les achats imprévus et pas tout à fait nécessaire, c’est de s’éloigner de la source de tentations ! En plus, souvent il reste des ingrédients de base dans vos armoires pour vous faire des desserts (n’est-ce pas ?!).

Cette technique m’a réellement aidée à affronter les périodes moins riches de ma vie 🙂
Quoi que vous fassiez, n’oubliez pas d’être gentil envers vous-mêmes et assumez pleinement vos choix de vie. Vous n’avez pas besoin de les justifier.

À vos fourneaux 🙂

Meilleures pâtes sans gluten

Cela fait plus de dix ans maintenant que je mange sans gluten. Les magasins et restaurants en Belgique se sont améliorés avec le temps (il faut dire que c’est un marché à la mode !). Pourtant, les produits sans gluten les plus connus du large public sont à base de maïs, compliqués à cuire/réussir, souvent mauvais en bouche et trop durs une fois froids. C’est pourquoi je vous partage aujourd’hui mes pâtes sans gluten préférées.

Mon expérience en nourriture sans gluten m’a permis de tester tellement de produits que j’ai fini par trouver les meilleurs pour mon petit palais sélectif. En matière de pâtes, ce sont les pâtes à base de riz complet (brun) qui sont les meilleures. Mes préférées ont une touche de wakamé qui donne une couleur amusante et un léger petit goût style légumes verts (pures).

Les avantages de mes pâtes préférées (King Soba et Terra Sana) :

  • Elles ont un bon goût.
  • Elles cuisent facilement (comme des pâtes traditionnelles au blé).
  • Leur temps de cuisson est rapide : 4-6 min (selon la marque et les ingrédients) !
  • Elles sont divisées en lots individuels ! Super pratiques pour savoir si vous aurez assez pour tout le monde !
  • Elles s’accordent avec toutes les sauces, tous les légumes, toutes les viandes.
  • Leur rapport qualité-prix est top. Cela reste moins cher qu’en restaurant et vous n’aurez plus besoin de médicaments pour vos intestins sensibles au gluten (mon humble avis très généralisé… faut voir comment votre métabolisme fonctionne, bien sûr).

 

Voici quelques conseils francs si vous avez l’intention de cuire des pâtes sans gluten pour vous ou pour un invité « casse-pied » :

  • Évitez les pâtes à base de maïs ou de riz blanc !

Tout simplement parce que :

  1. Elles ont un mauvais goût (voire pas du tout de goût).
  2. Elles sont galères à cuire : elles collent, tombent vite en miettes.
  3. Elles seront dures en version froides dans votre salade de pâtes, désolée.
  4. Même pas chères, ça finira en gaspillage.
  5. Le maïs et le riz sont les premières céréales transformées en OGM.

Si cela est important pour vous d’éviter les OGM (reconnus dangereux pour la santé), prenez-les en bio. Faites vos choix en connaissance de cause, les amis 🙂

  • Choisissez des pâtes à base de céréales sans gluten complètes : riz brun, sarrasin, quinoa, etc.

J’en profite pour faire un petit Nota Bene. Donc notez bien ceci :
Les céréales sans gluten sont aussi complètes que les céréales complètes avec gluten. Les céréales « normales » proposés dans votre quotidien sont généralement plus raffinées (donc moins complètes) que les céréales sans gluten (moins travaillées).
Les produits sans gluten sont réalisés avec plus de variétés que des produits avec gluten.

  • Ne vous prenez pas la tête, les pâtes ne sont pas les seuls féculents en Belgique ! Vous pouvez manger aussi des pommes de terre, du riz (attention, certains coeliaques ne supportent pas le riz glutineux), du quinoa, du sarrasin, etc. !

Il existe de plus en plus de produits qui servent de féculents. Les légumineuses peuvent aussi remplacer les féculents pour certains repas. Soyez inventifs 🙂

  • Préparez et mangez plus de légumes, vous aurez besoin de moins de nouilles !

 

En bref, mes marques de pâtes sans gluten préférées (bio) sont King Soba et Terra Sana.

Et vous, amis sans gluten, lesquelles préférez-vous ?

Comment écrire de façon efficace et respectueuse à ses collègues ?

L’autre jour, j’ai envoyé un mail à mes collègues, car j’avais vraiment besoin de leur aide concernant un sujet ennuyeux. Il m’a fallu deux mois entiers pour me mettre à l’écrire… mais lorsque je m’y suis mise, c’est comme si j’avais choisis la meilleure façon de le formuler, car j’ai reçu beaucoup de réponses (bien plus que d’habitude).

Voici comment j’ai procédé :

1* Commence avec un sens d’appréciation sincère et de reconnaissance de qui ils sont : « Chers amis, collègues et membres,« 

2* Vas droit au but, défie-les légèrement et nourris leur sentiment d’importance : « Nous avons une question importante à vous poser à tous.« 

3* Expliques brièvement de quoi il s’agit et pourquoi il pose problème : « Cela concerne [ce truc]… que nous devons toujours faire. Il a été établi afin de… [pourquoi] mais nous ne savons pas précisément si c’est la bonne façon de faire.« 

4* Pose la question : « Donc pouvez-vous nous dire ce que vous savez en la matière ?« 

5* Remercie pour leur temps et termine avec les salutations appropriées.

Les conseils de Dale Carnegie

C’est tout.
C’est bien plus simple et court que mes mails habituels. Je suis plutôt fière car d’ordinaire j’aime écrire énormément et expliquer tout en détails… et j’ai appliqué, sans y penser consciemment, certains des gros principes qu’a écrit Dale Carnegie dans ses livres.
D’ailleurs, je vous recommande vraiment de lire au moins de ses livres. Il explique et illustre parfaitement chaque principe, avec un grand sens de respect et de compréhension pour autrui. Ces livres améliorent ma vie depuis mes 16 ans…! Et j’y retourne régulièrement, juste pour me rafraîchir la mémoire… Car il n’est simplement pas possible de tout appliquer et maîtriser en même temps.

Vous pouvez trouver les références des livres de Dale Carnegie par ici 🙂