Des frites et l’instabilité au coeur | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 49

Debout, aux côtés de mon compagnon, le manteau sur les épaules, je patiente devant le comptoir de la friterie. Comme d’habitude, la gérante s’exclame. Tour à tour avec enthousiasme ou intensité, elle chante, raconte une anecdote ou râle simplement sur certaines difficultés de la vie. Toujours concrète, elle explique à quiconque l’écoute ce qui lui arrive comme bonne ou moins bonne aventure. Elle me fait souvent rire avec son franc parler. C’est rafraîchissant. Aujourd’hui, elle détaille les frais qu’elle a en tant qu’indépendante en Belgique…

Continuer la lecture de « Des frites et l’instabilité au coeur | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 49 »

L’histoire de l’art, des étiquettes et le confort d’une vie | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 48

Il est presque 8h. Je sors de ma voiture, comme d’habitude, un mug de café à la main. L’air frais du matin touche mon visage et je prends une profonde inspiration. Je me sens bien. En marchant vers le musée, je chantonne. Une mélodie et quelques mots d’un morceau écouté dans la voiture. De quoi donner de l’énergie et de la bonne humeur.

Continuer la lecture de « L’histoire de l’art, des étiquettes et le confort d’une vie | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 48 »

Des sportifs et des étudiants en archéologie | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 47

Je ne suis pas de celles qui adorent regarder le sport à la télé. Mais c’est chouette de savoir que nous avons de grands sportifs dans différentes catégories et dans différents sports. C’est intéressant d’en suivre certains, inspirés par un rêve, dotés d’un talent, s’entraîner, parfois faiblir, persévérer… et réussir leurs objectifs respectifs. Ainsi, pour moi, le sport n’a pas autant de valeur que le sportif et tout ce qu’il fait pour en arriver là, et ce, malgré les critiques des envieux. À ce sujet, me revient en mémoire ma rencontre avec un escrimeur épéiste de Gaume. Sur son visage, j’avais lu un mélange de bienveillance et de précision, le tout enrichi par une flamme. La flamme de la passion pour un sport, un art et toutes les sensations que procure sa pratique…

Continuer la lecture de « Des sportifs et des étudiants en archéologie | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 47 »

Quand tu fais le point ‘job’ avec des amies archéologues | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 46

17h05. Extinction des feux, je monte dans ma voiture. Alors que je conduis, mes pensées se dirigent de suite vers un projet en cours : comment je l’organise, quel sujet j’aborde… Sur mon pare-brise, la pluie tombe à grosses gouttes. En un clin d’œil, elle mouille tout : les voitures, la route, la végétation… Cela pourrait constituer un décor un peu triste mais, aujourd’hui, je suis en joie. Peut-être est-ce parce que je rejoins une personne intéressante pour parler de son métier méconnu ? Sûrement. Elle est conceptrice de lumière et c’est une profession fascinante !

Continuer la lecture de « Quand tu fais le point ‘job’ avec des amies archéologues | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 46 »

Le travail, le chômage et la recherche de sens | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 45

Debout entre les rayonnages de la bibliothèque, mes yeux cherchent un ouvrage pour un lecteur. Alors que je le dépose sur la table et que je poursuis les recherches sur le même sujet, le visiteur me demande : « Ça va, vous aimez travaillez ici ? ». Tout en répondant brièvement que c’est assez sympa, mon cerveau s’interroge : très franchement, qui répondrait « non » à cette question ? Qui répondrait sincèrement « ce n’est pas transcendant mais ça fera l’affaire le temps que je remplisse le vide dans ma tête » à un parfait inconnu ?

Continuer la lecture de « Le travail, le chômage et la recherche de sens | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 45 »

De l’Angleterre et de l’intérêt des diplômes| Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 44

Assise sur un fauteuil en cuir brun, je regarde par la fenêtre. Les yeux perdus dans le vide. Rien n’a l’air de bouger de l’autre côté de la vitre. Le ciel est gris, maussade et pluvieux. Dans mon esprit aussi, c’est un peu le vide. La fatigue y est sûrement pour quelque chose… ou le virus qui a fini par avoir le dessus sur moi, ces derniers jours, je ne sais pas. L’eau qui ruisselle sur le sol de la terrasse crée de petits miroirs parmi les feuilles mortes.

Continuer la lecture de « De l’Angleterre et de l’intérêt des diplômes| Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 44 »

Un moment méditatif & un projet de plus | Chronique d’une Sans Emploi Fixe |43

19h. Je viens de finir une méditation. Je respire lentement et profondément. En prenant une gorgée d’eau, je me répète encore un peu la phrase que j’ai tirée parmi mes cartes. Ce jeu partage des messages un peu divinatoires, tout en bienveillance et en douceur. Un cadeau de mes ex-collègues.

Continuer la lecture de « Un moment méditatif & un projet de plus | Chronique d’une Sans Emploi Fixe |43 »

L’effet d’une soirée d’entrepreneures | Chronique d’une Sans Emploi Fixe |42

Montant l’escalier qui mène à la bibliothèque du musée, je repense à hier soir. Une soirée d’entrepreneures en petit comité. Un moment génial et magique entre quatre femmes indépendantes et pleines d’énergie. Et vous savez quoi ? Ces quelques heures de partages m’ont particulièrement nourrie.

Continuer la lecture de « L’effet d’une soirée d’entrepreneures | Chronique d’une Sans Emploi Fixe |42 »

On parle de nos anecdotes professionnelles et de l’arrivée du « iel » | Chronique d’une Sans Emploi Fixe |41

17h05. Voilà seulement que je m’aperçois de l’heure. Il est temps que je termine et que je lève le camp. En sortant du bâtiment, je suis touchée par la fraîcheur de l’air. Encore une fin de journée où il vaut mieux que j’enfile mes gants pour conduire ! Sur le chemin, malgré le brouillard épais par endroits, je me rends compte qu’il fait bien plus clair que les soirs précédents à la même heure : le soleil se couche plus tard. Ça veut dire plus de lumière, c’est gai ! Un peu plus loin, le brouillard s’estompe et j’aperçois un bout de ciel, rosé par le soleil couchant… et de l’autre côté de la route, des herbes blanchies par le givre. Quel plaisir, ce spectacle ! Je souris.

Continuer la lecture de « On parle de nos anecdotes professionnelles et de l’arrivée du « iel » | Chronique d’une Sans Emploi Fixe |41 »

Nouveau job parmi les bouquins et une belle motivation| Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 40

Je suis assise à mon bureau… mais cette année, c’est un autre bureau. Seule dans une grande salle, avec pour seule compagnie des bouquins, certains très anciens. Et parfois une collègue ou l’autre, il faut bien l’avouer, qui vient vérifier que je m’en sors à mon nouveau poste. Ce sont les premiers jours mais cela ne me fait pas bizarre d’être là. Curieusement. Bien sûr, j’ai passé des heures à chercher à comprendre chaque aspect et prendre en mains les systèmes de rangement des livres, des revues et des photos… mais ce n’est pas un lieu étranger ou inhospitalier pour moi. Et pour cause : quelques années auparavant, je m’y suis rendue de temps en temps, un vendredi ou l’autre, en tant que bénévole. À l’époque, j’espérais me rendre utile en matière archéo- ou anthropo-logique. Ce fut le cas. Un peu du moins.

Continuer la lecture de « Nouveau job parmi les bouquins et une belle motivation| Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 40 »

Quand la vie te surprend avec un revirement de situation professionnelle | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 39

Assise à mon bureau, je termine de relire ce qui sera probablement mon dernier magazine. L’écran de l’ordinateur devant moi reflète la lumière extérieure : aujourd’hui, c’est une belle journée ensoleillée. Tôt ce matin, le ciel s’est paré de plusieurs couleurs de l’arc-en-ciel avant de rester sur un bleu clair limpide, quasi sans nuage. Associée à l’herbe des champs blanchie de givre, cette vue colorée s’est imprimée dans ma mémoire. Je me sens apaisée. Sûrement aussi parce que j’apprécie l’hiver et sa fraîcheur…

Continuer la lecture de « Quand la vie te surprend avec un revirement de situation professionnelle | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 39 »

Noël et ses remises en questions professionnelles | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 38

Tout juste rentrée d’une dernière interview en début de soirée, j’ouvre la porte de ma voiture. Il n’est pas si tard mais il fait déjà noir. Mon sac isotherme et mon mug de Noël à la main, je respire la fraîcheur de l’hiver. Une petite pointe de feu de bois est aussi perceptible dans l’air. Une odeur bien apaisante en cette fin d’année !

Continuer la lecture de « Noël et ses remises en questions professionnelles | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 38 »

Du flou et des plans B pour 2022 ? | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 37

Je suis au volant de ma voiture, tremblant un peu. Les larmes perlent sur mes joues mais je ne suis pas triste. Je suis bouleversée et exténuée. Tout allait bien jusque là. Tout à coup, j’ai craqué. Je n’ai pas vu venir le coup de stress qui a joué le rôle de goutte faisant déborder le vase… Mais il était là. Il faut dire que cela fait quelques semaines maintenant que je garde pour moi un flou artistique d’une ampleur faramineuse à mon échelle : je ne sais pas où je serai en 2022.

Continuer la lecture de « Du flou et des plans B pour 2022 ? | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 37 »

Un matin la tête dans une boîte d’ossements | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 36

Profitant d’un moment de temps libre un matin, je passe voir une ancienne camarade d’université qui travaille à mi-temps dans un musée. Elle m’avait envoyé par mail quelques photos d’ossements humains pour que je lui donne mon avis… Était-ce possible de voir s’ils avaient eu la lèpre durant leur vivant ? C’était sa question principale.

Continuer la lecture de « Un matin la tête dans une boîte d’ossements | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 36 »

Le chat, les annulations et les jobs alimentaires | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 35

Marchant quelques pas dehors, j’hume un instant l’air frais. Le ciel est d’un bleu clair éclatant et cela fait plaisir à voir. Cette bonne humeur m’accompagne alors que j’entre dans ma maison. La porte à peine ouverte, j’entends déjà le chat accourir. Il apparaît rapidement dans le hall d’entrée, me regardant de son air intrigué et plein d’espoir, comme toujours. S’il pouvait parler, il dirait certainement quelque chose comme : « Coucou ! Tu es là ? Ça veut dire qu’on va manger ? »… Je pose mes affaires et remarque une nouvelle notification d’événement annulé sur mon GSM. À cette lecture, une pointe de désespoir grandit en moi. J’attrape au passage la petite boule de poils affamée pour lui faire un câlin et la douceur de son pelage me détend instantanément. Un petit bisou sur sa tête et je le repose à terre, songeuse.

Continuer la lecture de « Le chat, les annulations et les jobs alimentaires | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 35 »