Les leçons #GirlPower à retirer de ces films célèbres

En ce jour très spéciale qui célèbre le droit des femmes dans le monde entier, je voulais partager avec vous des idées essentielles concernant la femme… issues de films célèbres : Pitch Perfect, 50 Nuances de Gris, La Revanche d’Une Blonde, Ce que Veulent les Femmes.

Continuer la lecture de « Les leçons #GirlPower à retirer de ces films célèbres »

Je vais bien depuis le jour où j’ai décidé d’être la star de ma propre vie 

Un jour, j’ai décidé de me considérer comme la personne la plus importante de ma vie. Avec le temps, j’ai appris à être la star de ma propre vie (humblement, hein 😉 Voici pourquoi vous devriez faire pareil !

Je suis la personne la plus importante de ma vie.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

  • Cela veut dire que je prends mes propres décisions,
  • que j’ai le droit d’être indépendante et de faire mes choix en suivant mon intuition, mon éducation et en connaissance de causes.

Que se passe-t-il quand vous savez que quelque chose, que vous souhaitez faire, déplaît à votre entourage ? Est-ce que leur argumentation ne vous convient pas et ne vous fait pas changer d’avis ? Après quelques mois de réflexion, vous considérez toujours de réaliser cette chose importante à vos yeux, même si vous savez qu’en le faisant vous dépassez les lignes qu’on vous a tracées ?

dylan-hooper-517513
Photo de Dylan Hooper – postée sur Unsplash.com

  • Cela veut dire aussi que je me reconnais le droit d’être humaine et imparfaite. Je peux faire des erreurs sans devoir me punir, à condition de rebondir et apprendre de ces erreurs. J’apprends aussi à demander de l’aide aux autres quand j’en ai besoin.
  • Cela veut dire que je compte me donner le temps dont j’ai besoin pour me sentir bien avec moi-même… et, du coup, avec les autres aussi.
  • En définissant ce qui est important pour moi, je dessine aussi les limites de respect envers les autres.

Je décide que je me respecte autant que les autres.

En mettant en place les petites choses dans ma vie et en progressant vers une sensation de bien-être dans mon corps au quotidien, je me retrouve naturellement à comprendre les besoins des autres et je suis plus posée dans mes interactions avec eux…

star avec écriture

 

Parfois ça ne va pas fort

Ok parfois, je m’énerve aussi. Régulièrement, j’ai des baisses de moral, de la fatigue, etc. Parfois, c’est en même temps que je me mets à avaler davantage de sucre ou que je n’ai pas pu aller faire du sport depuis une semaine ou deux.

Ce que je fais pour sortir de ces moments-là :

  • Je commence par respirer profondément,
  • Je prends la décision de vouloir me sentir mieux,
  • Je cherche à me reconnecter à moi-même,

Me regarder dans le miroir m’aide souvent pour ça. Voir les petites particularités de mon visage et revoir mes tatouages aident beaucoup également. D’ailleurs, j’ai fait faire ces tatouages dans l’intention de me rappeler qui je suis à mes yeux et la force que j’ai pour atteindre mes objectifs.

tatous étoiles
Mes tatouages : je suis ma propre étoile, yin & yang

Si vous aimez la musique, mettez-en, lâchez-vous, chantez et dansez. C’est un des moyens les plus naturels pour se retrouver soi-même dans les moments bas.

I'm Strongand Confident
Photo d’Andre Hunter – postée sur Unsplash.com

  • Je me rappelle qui je suis et ce que je vaux,
  • Je repense à tout ce que j’ai accompli jusque là,
  • Je retrouve ma force et mon estime de moi petit à petit,

sunrise
Photo de Hust Wilson – postée sur Unsplash.com

  • Je continue ensuite par lister toutes les choses de ma vie pour lesquelles je suis reconnaissante,

Tous les jours, j’écris avec le plus de détails possibles toutes les pensées de gratitude que je peux glanées.

  • Je prends un peu de temps régulièrement pour réfléchir à ce qui peut me bloquer dans mon avancée sur le chemin du bonheur et de ma vie,

Je mérite le bonheur
Photo de Jonathan Daniels – postée sur Unsplash.com

  • J’apprends à accepter que je mérite le bonheur, l’amour, l’argent, etc.

Y compris une maison et des enfants si cela me fait plaisir, même si cela peut attrister quelqu’un d’autres. Car je sais que même si c’est un principe familial ou culturel qui me fait culpabiliser d’obtenir beaucoup d’argent pour tout le travail que je fais, les autres finiront toujours par être contents pour moi.

  • Et je me visualise dans ma vie avec les petites améliorations que je désire.

 

Pourquoi devriez-vous faire pareil ?

 

Évidemment, vous n’avez pas besoin de vous mettre de l’encre sous la peau pour cela. Certaines utilisent des post-it, d’autres des tableaux ou des chansons. Peu importe le moyen que vous utilisez, veillez à ce qu’il résonne en vous.

post-it reese
Reese, dans un moment de blues, face à ses posts-it dans le film Comment savoir (photo de Allociné)

Petite musique pour accompagner votre estime de vous sur le thème « vous avez le choix d’écrire votre vie comme vous l’entendez » : Unwritten par Natasha Bedingfield

 

Petites confessions :

Je vous avoue que le jour où j’ai décidé d’être la star de ma propre vie remonte à mon adolescence, donc ça n’a pas marché à 100% dès le début. Ces 10 dernières années m’ont servies d’apprentissage et d’expérience et c’est pour ça que je vous conseille toutes ces choses en un seul post. C’est le résultat de mes réflexions, petits tests, de mes hauts et de mes bas et croyez-moi, ça marche vraiment.
D’ailleurs, dernièrement, je suis sortie d’une petite période où je doutais de ma motivation pour certaines choses et où je reconsidérais mes choix de carrière. Et vous savez quoi ? Je me suis rendue compte (avec l’aide de mon compagnon) que j’étais de plus en plus pessimiste et que de plus en plus de tuiles commençaient à nous tomber dessus (y compris les plombs de la maison qui sautaient en touchant un interrupteur, le fun quoi xD).

C’est dimanche que j’ai décidé de casser le cercle et de repartir sur la pente d’optimisme qui me fait me sentir bien.
Lundi, je me concentrais sur les points de gratitude tout en continuant mes activités.
Mardi, je me suis rendue compte que je devais me rappeler que je mérite d’avoir de l’argent en abondance et que c’est un cycle sain que l’argent parte et revienne constamment.
Mercredi matin, j’ai été appelée pour une opportunité de carrière fantastique inespérée (pleine de challenges et de récompenses quand on bosse bien) et le soir même j’avais un entretien. Le même jour, j’ai reçu un appel pour une petite mission freelance.
Et jeudi, j’ai reçu un mail pour une autre mission freelance.
Nous sommes vendredi, je ne sais pas si je serai prise mais tout cela m’a apporté tellement de joie et de motivation cette semaine que je suis convaincue que je finirai par obtenir ce que je mérite si je continue à bien me concentrer sur ce que je veux.

Je vous souhaite le meilleur de votre vie

L’amour… Comment savoir ?

L’amour est un gros sujet dans la vie, dans notre société, comme dans d’autre sociétés. La question importante est toujours du style « Comment savoir… si c’est la bonne personne ? ». Il y a même un film intitulé de la sorte. De même que « Ce que veulent les femmes » et « Ce que pensent les hommes« , il y a toujours mille théories qui sortent en la matière. Les conseils fusent dans tous les sens. Les décisions de rompre sont prises bien plus facilement qu’avant, parce qu’on veut être heureux. Et notre société individualiste, qui incite beaucoup les humains à l’égoïsme, contribue à ce chiffre croissant. Bien entendu, je n’écris pas pour juger la situation des gens qui divorcent, rompent ou restent. Je crois seulement avoir trouvé un petit bout de la solution et souhaite vous la partager.

sunset love

L’amour, le mariage, le divorce…

Vu le nombre de séparations, divorces et désaccords dans un couple, de plus en plus de jeunes se demandent « comment savoir si cette personne est la bonne ? ». Certains réalisent que ça ne marche pas entre eux parce qu’ils ne s’écoutent pas ou ne se soutiennent pas. Souvent, les défauts des parents transparaissent chez nous et créent de véritables problèmes dans les moments de crise. D’autres personnes ne croient pas tout simplement pas dans le mariage… Que faut-il faire pour savoir quelle personne nous convient et si ça marchera « jusqu’à la mort »… voire au-delà ? Personnellement, je ne suis pas encore arrivée au stade de l’essai du mariage jusqu’à la mort. Mais avec le temps, je pense avoir une petite idée des meilleurs conseils à donner/recevoir pour être bien en amour.

Les âmes soeurs

À une époque, j’avais l’impression que des liens privilégiés entre âmes sœurs étaient vraiment importants et uniques… mais, au final, je crois que ce ne sont pas des liens uniques et qu’on peut avoir un super feeling avec d’autres personnes.

Les ruptures et les relations bordéliques

Si la relation n’a pas marché pour une raison extérieure, on se demande souvent comment les choses auraient marché sans cette intervention extérieure. Dans toutes ruptures, on a besoin d’une bonne raison pour ne pas espérer davantage et passer à autres choses. Mais, selon les circonstances, on n’en a pas toujours. Cela mène souvent à des relations bordéliques : soit on essaye de ne pas se mettre en couple et on est perturbé à chaque fois qu’on se voit, soit on essaye de se mettre en couple mais il faut forcer pour arriver à un semblant et ça ne marche pas des masses pour autant. Ce n’est pas drôle.
Donc, pour vous éviter cette expérience, je vais vous expliquer comment je me suis sortie de ces histoires.

forever

Les deux questions essentielles pour définir le futur d’une relation amoureuse :

  1. Quels sont les 5 critères principaux dont tu as besoin chez un(e) partenaire de vie ? Jetez un œil à mon précédent post par ici si ce n’est déjà fait.
  2. Penses-tu que la personne à qui tu penses correspond vraiment à tes critères ? 

Pour ces deux questions, vous aurez peut-être besoin d’interagir avec vos amis pour vérifier votre objectivité. Mais restez bien centré(e) sur vous-mêmes également.

Et si il/elle ne répond pas à ces critères ?

Si la personne avec qui vous êtes ne correspond pas à TOUS les critères, honnêtement, vous risquez d’aller droit dans le mur. Soyez clair(e) et déterminez précisément pourquoi vous êtes avec la personne malgré le fait qu’elle ne présente pas tous les critères.

Il/elle changera…?! Non !

Si vous comptez sur cette personne pour changer parce que vous voyez tout son potentiel, vous risquez également d’être déçu(e). C’est simple : être avec quelqu’un en espérant qu’elle change est la pire bêtise que vous puissiez faire, même si cette personne vous promet de changer. Si vous ne pouvez pas supporter cette personne dans la totalité de sa personnalité, ce n’est peut-être pas une bonne idée de vous lancer dans une relation amoureuse avec elle/lui. Bien entendu, il peut y avoir des traits de personnalité qui nous déplaisent chez une personne qu’on aime. Cela ne veut pas dire qu’il faut la virer pour autant. La question est de savoir si ces traits de personnalité vous gênent vraiment au point de ne pas accepter cette personne pour qui elle.

Évidemment, les gens changent dans une relation. C’est inévitable. Au début, la séduction masque la plupart des défauts. Puis, c’est l’intérêt qu’on porte pour la personne qui les masque. Peu à peu, les habitudes s’installent et chacun adapte son comportement en fonction de ce qu’il/elle attend de l’autre… mais aussi en fonction de ce que l’autre fait ou dit. Au final, une relation amoureuse peut changer deux personnes radicalement. Et quand cela arrive, c’est généralement dû à un problème de communication. Mais les petits changements, les petites adaptations et les petits compromis qui apparaissent au fur et à mesure sont tout à fait normaux… tant que la communication entre vous est saine. Soyez honnêtes l’un envers l’autre, surtout si vous tentez l’aventure compliquée d’une relation de couple.

love laugh

Sortir avec son meilleur ami ?

Un des avantages de sortir avec son meilleur ami (parce que oui, ça peut être une bonne idée), c’est que l’on connaît déjà la plupart de ses défauts et que l’on sait comment interpréter la plupart de ses mots. En fait, il y a quasi seulement l’étendue de son côté amoureux, romantique (pour certains) et intime que vous ne connaîtrez pas tant que vous n’essayez pas. Mais, soyez sûr(e)s d’être prêt(e)s avant de vous lancer parce que vous pourriez le/la perdre si vous prenez les choses à la légère.

Êtes-vous prêt(e) pour une relation sérieuse ?

Un dernier conseil : avant de vous lancer dans une relation avec une personne qui correspond à vos critères, n’oubliez pas de vous assurer que vous êtes bien prêt(e) pour une relation de couple. Restez honnête avec lui/elle comme avec vous-mêmes : c’est normal d’avoir besoin de vérifier si vous êtes attirant(e) après une rupture (par exemple, en essayant de séduire sans penser aux conséquences) et cela fera moins de dégâts si vous êtes franc(he)s là-dessus.

Alex & Sara

Et vous ? Quelle est votre part de solution pour trouver l’amour et être sûr(e) de vous ?

Films de Noël

C’est bientôt Noël !

Quoi de mieux pour vous mettre dans l’ambiance de Noël que des films qui reflètent ce temps de fêtes, de traditions et de partages ?

Souvent, ces films soulignent l’importance de retrouver contact avec des proches et nous invitent à revoir nos priorités dans la vie : passer du temps en famille, préparer des pâtisseries ou des boissons de Noël entre amis, ré-évaluer ses plans de carrière pour qu’ils soient en concordance avec ses aspirations profondes et ses valeursPour une demoiselle un peu fleur bleue qui est plutôt pour l’amour universel, c’est le rêve !

Cependant, il y a d’autres films qui sont moins axés sur ces aspects-là et qui vous enchanteront moins… J’envisageais de faire une petite critique de chaque film avec les choses à en retenir pour que vous puissiez vous y retrouver, mais après tout, ce qui est cinématographique est une affaire de goût. Je vous ai quand même mis le lien Allociné ou Wikipédia correspondant pour que vous ayiez quelques infos dessus. 🙂

Du coup, voici ma liste de films et épisodes (de mes séries préférées) de Noël (ceux qui ont passé le filtre de mon approbation personnelle très subjective) :

christmas, christmas tree
Photo d’Arun Kuchibhotla (via Unsplash.com)

Ma liste de superbes films de Noël

Photo de Sean Wells (via Unsplash.com)

Les épisodes sur Noël que j’ai repéré dans mes séries préférées :

Je ne vous cache pas que ce partage en ligne me permet de les retrouver aussi partout et à tout moment… O:)

Les épisodes de Bones de Noël ou Thanksgiving


Et un épisode noté dans Friends : saison 9 épisode 10

Bon visionnage de Noël et de belles fêtes à tous !!!

Et si vous cherchez un accompagnement boisson avec tout ça, retrouvez une recette du lait de poule sans lactose / version végétale par ici !

Vous en avez d’autres ? Partagez-les au monde entier en commentaire ! 🙂


Cadeaux de Noël : commercial ou plaisir ?

Comment faire pour respecter des valeurs d’équité, d’éthique et ne pas vider son portefeuille pour rien à Noël ? Certains boycottent les cadeaux de Noël pour limiter le caractère commercial de la fête. D’autres tirent au sort les personnes à qui ils vont offrir un cadeau (Secret Santa ou « cacahuète »). Il y a toujours les irréductibles acheteurs/donneurs qui offrent à leur famille, leurs amis et leurs collègues… ne fut-ce que des chocolats. Et parfois, certains osent demander ce qui pourrait faire plaisir et offrent d’après des listes.

Faire plaisir

C’est vraiment une question d’opinion personnelle et familiale, donc le débat est limité. Chacun doit aviser avec ses proches… et son portefeuille, évidemment.

Vous avez des valeurs d’équité et d’éthique ? Réfléchissez avant d’acheter et, comme vous vous en doutez, ciblez les magasins locaux 🙂 Boucher, artisan chocolatier, artisan bijoutier, etc. peuvent vous fournir de chouettes cadeaux originaux.

Vous avez un petit budget ? Vérifiez que les destinataires de vos cadeaux apprécient les petits babioles ou demandez leur s’ils auraient besoin d’un accessoire vestimentaire pour l’hiver ! Les écharpes, bonnets et gants sont toujours les bienvenus et sont rarement chers ! Si vous hésitez, sachez qu’avoir chaud fait toujours plaisir, bien plus que devoir prendre les poussières autour d’une décoration.

Ne pas offrir de cadeaux à Noël est choix. Si c’est juste une question commerciale, vous pouvez aussi préparer vous-mêmes biscuits de Noël ou faire des décorations. C’est d’ailleurs une super activité familiale, qui peut être accompagnée de musique de Noël. Atmosphère féerique garantie !

Le système Secret Santa ou « cacahuète » qui permet de tirer au sort UNE personne à qui offrir un cadeau est intéressant aussi. Prenez le temps de penser à ce qui pourrait faire plaisir à la personne. Le but est l’intention de donner un peu de son temps, de son énergie et de son argent à la personne en espérant lui apporter un peu de bonheur matériel. Mais personne n’interdit d’écrire une chanson, faire un gâteau ou peindre un beau tableau pour votre destinataire !

Si la personne à qui vous devez faire plaisir s’est lancée dans le principe « zéro déchet« , pas de panique ! Des produits locaux emballés simplement dans un tissu feront l’affaire. Et si vous voulez y ajouter une note festive, prenez un ruban pour les cheveux ou une cravate pour faire un nœud !

Pour les irréductibles acheteurs/donneurs qui offrent à leur famille, leurs amis et leurs collègues… oser demander ce qui pourrait faire plaisir n’est pas interdit !

Vous l’avez compris, je ne suis pas particulièrement pour favoriser le caractère commercial de Noël… mais j’adore offrir des cadeaux, surtout qui peuvent être utiles et faire plaisir à la personne. Personnellement, j’ai rarement rencontré quelqu’un qui n’avait vraiment besoin de rien… et si c’est vraiment le cas, une présence, une écoute et quelques mots peuvent déjà remplir ce rôle de cadeaux.

Si vous souhaitez garder votre argent pour les cadeaux, mais tout de même développer votre déco, voici des idées de décoration à faire soi-même pour Noël :

  • Photos à accrocher au sapin
  • Origami et figures en papier
  • Bâtons de cannelle autour des bougies
  • Bâtons de glace en petits traîneaux
  • Biscuits et chocolats à accrocher au sapin
  • Couronnes de baies (airelles par exemple)

 

Plus par ici 🙂

P.S. : pour prolonger l’atmosphère de Noël, voici une liste de films de Noël !

Jésus ou Père Noël ?

Dans notre société occidentale, Noël est une période importante pour la plupart des gens. Au milieu des retrouvailles familiales, des fêtes et des cadeaux, la religion transparaît toujours. Durant tout le mois de décembre, nous juxtaposons divers personnages plus ou moins mythiques et miraculeux.

Certains sont redondants et d’autres ont été placés à cette période de l’année pour de vieilles raisons de sécurité. Aujourd’hui, le haut degré de tolérance imposée en Europe fait chanceler petit à petit nos traditions, notre folklore et nos croyances. Peut-être est-il temps que nous fassions un choix cohérent entre tous ces personnages pour mieux expliquer leur présence dans nos vies ?!

Soyons un peu plus clairs : la juxtaposition de ces personnages ne me gêne pas. Le but de ce post est de rappeler à chacun qui sont ces personnages et pourquoi ils font partie de nos traditions et de notre folklore en Europe (en tout cas, en Belgique).

 

coloured feet, people

Nous, les autres et les religions

Pourquoi est-ce important ? Car des débats religieux prennent forme, de nos jours, au sein même des écoles. Nous savons que cela vient de la diversité de populations grandissante et des croyances variées chez nous. Même si certains d’entre nous se sentent menacés financièrement et peu soutenus par notre propre gouvernement, nous sommes heureux d’accueillir d’autres humains européens et extra-européens chez nous.

Le débat religieux qui fait du bruit dans les écoles est tout à fait légitime, vu les circonstances. Il est normal que nous nous penchions sur les personnages et les appellations à connotation chrétienne qui marquent notre quotidien, et particulièrement la fin de l’année. Il n’est certainement pas simple d’envisager un système et des termes qui conviennent à tout le monde. D’ailleurs, la société occidentale ne brille pas spécialement par sa foi inébranlable et son intérêt pour les rites chrétiens. Concrètement, je trouve même cela correct d’adapter les « vacances de Noël » en « vacances d’hiver » et les « vacances de Pâques » en « vacances de printemps ». Les saisons ont beau ne plus ressembler à grand chose, au moins, elles, elles rythment toujours les vies de tout le monde. La nature est un super dénominateur commun sur ce plan.

 

December

Décembre et ses personnages miraculeux

Par contre, les adaptations des personnages traditionnels ne sont pas acceptables.

Saint Nicolas est un bel exemple. Cet homme est de tradition chrétienne. Historiquement parlant, c’est un évêque chrétien du 3e siècle de notre ère. Il est représenté par ses attributs d’évêque : une crosse et une mitre ornée d’une croix. Il a été canonisé, d’où l’appellation « saint ». Et la légende le décrit comme une personne pleine de bonté, particulièrement envers TOUS les enfants sages. Son jour d’apparition correspond à celui de sa fête : Saint Nicolas passe le 6 décembre. Vu qu’il récompense généralement aussi les enfants pas sages, il y a une belle connotation de pardon proposée en prime, même si le Père Fouettard l’accompagne pour punir les vilains. Notez que ce dernier est noir de suie à cause du nettoyage de cheminées qu’il effectue pour aider Saint Nicolas à entrer dans les maisons. Donc, nos traditions décrivent un homme qui offre des cadeaux aux enfants, peu importe qui ils sont et où ils sont.

Selon moi, même les enfants qui ne sont pas chrétiens peuvent recevoir des cadeaux de sa part. C’est aux parents à décider si cela leur convient ou non. Dans les écoles, Saint Nicolas ne peut définitivement pas juste récompenser les enfants dont les parents ont donné leur accord. Donc, si l’apparition de Saint Nicolas gêne tant que ça certains parents, il vaudrait mieux demander à supprimer son apparition à l’école. De toute façon, les chocolats et les bonbons ne sont pas vraiment les meilleures choses à offrir à des enfants que l’on souhaite calmes (plusieurs études ont prouvé que cela augmente l’hyperactivité…!). Dans tous les cas, les attributs de Saint Nicolas – la crosse et la mitre avec la croix – ne peuvent lui être enlevés… sinon il devient Père Noël !

I promise.(1)

Père Noël est un personnage apparu au 19ème siècle très similaire à Saint Nicolas. Dans certains pays, il est Saint Nicolas. Pour la plupart d’entre nous, ce sont deux personnes distinctes. La tradition le décrit comme un vieil homme barbu avec un peu d’embonpoint. Son manteau est rouge, blanc… et suffisamment chaud pour le couvrir en hiver. À la différence de Saint Nicolas, on lui a attribué un traîneau avec des rennes et un quartier général au Pôle Nord. Et, comme tout le monde le sait, il distribue des cadeaux le 24 décembre. Beaucoup de gens en profitent pour s’offrir des cadeaux sans passer par le père Noël.

Paris

La même nuit du 24 au 25 décembre a été attribuée à la naissance de Jésus de Nazareth. Cet homme, aussi connu sous le nom de Jésus Christ, est un personnage historique. Son année de naissance a été calculée il y a plusieurs centaines d’années… avant d’être utilisée comme marqueur d’ère (et devenir notre an 0). Notez qu’il y a une erreur d’une vingtaine d’année dans ces calculs mais personne n’est parfait.  En revanche, la vraie date de naissance de Jésus est le 25 mars… et ce n’est pas une erreur.

christmas, christmas tree

Si sa naissance est célébrée à Noël, avec une crèche aux pieds du traditionnel sapin, c’était pour se caler sur les rituels païens du solstice d’hiver et ainsi éviter aux chrétiens, à l’époque, de se faire persécuter pour leur religion.

Jésus Christ en croix

Je ne sais pas vous mais, personnellement, j’ai du mal avec cette incohérence de célébrer sa naissance 3 mois plus tôt, surtout que nous n’avons plus de raisons de nous cacher depuis longtemps. Une autre chose qui ne me plaît pas dans le christianisme, c’est le fait qu’un homme s’est sacrifié pour laver le péché des autres humains. Personne ne s’est pourtant vraiment arrêter de pécher. Et toute personne réfléchie sait qu’il n’est pas un bon modèle sur ce plan : sacrifier sa vie pour d’autres ne mène à rien. Faire don de soi tout en se respectant soi et les autres, ça, ce serait un bien meilleur exemple à montrer au monde. Ensuite, l’histoire montre que ce n’est pas un homme si exceptionnel : il n’est pas le seul à avoir réaliser des miracles. Beaucoup d’autres personnes, à travers l’histoire, accomplissent des miracles et aident leur prochain. C’est pourquoi, personnellement, je ne suis pas intéressée par sa naissance en particulier. Bien sûr, c’est mon avis personnel et je respecte les chrétiens qui apprécient la personne, l’histoire et l’impact de Jésus de nos jours.

 

Les fêtes païennes et nous

rawpixel-com-445797

Très honnêtement, ce que je considère important à Noël c’est célébrer la présence de ma famille et de mes amis dans ma vie, penser à toutes les choses pour lesquelles je suis reconnaissante chaque année et même offrir des cadeaux à des proches (débat sur le côté commercial de ce geste par ici).

D’ailleurs, c’est le genre d’actions qui étaient faites à l’occasion des fêtes païennes du solstice d’hiver, les Saturnales ! Les traditions du sapin, du houx et du gui comme décorations de Noël dans les maisons viennent de là. Les repas et les cadeaux y étaient déjà connus. Même les esclaves romains avaient droit à une certaine liberté provisoire lors de ces fêtes !

Avez-vous remarqué ? Les Saturnales célèbrent la vie… peu après la fête des morts (Samain, Toussaint, Halloween). Je trouve cette symbolique très chouette pour nous aider à nous propulser vers une vie meilleure. Vous ne trouvez pas ?

Enfin bref, tout cela pour vous rappeler quelques faits sur les fêtes de décembre qui me paraissent importants à connaître de nos jours en Europe.

Sur ce, JOYEUX NOËL !!

Et très belles fêtes de fin d’année à tous ! 😀

 

 

 

 

Étudier : pourquoi faire ?

Pourquoi faire des études ? Pourquoi l’école est obligatoire ?

Dans notre société, c’est une obligation. Si on ne passe pas par là, on est des parias, etc. Nos parents nous forcent à étudier comme entraînement pour plus tard. La liberté partielle qu’ils nous octroient est innocente et pourtant nous pouvons déjà faire beaucoup de choses.

À quoi sert d’étudier ?

Honnêtement, en ayant étudier, c’est déjà pas facile pour moi de m’intégrer dans la société et de trouver un emploi pour subvenir à mes besoins et ne dépendre de personne. Alors, imaginer sans compétence certifier…!

Le problème si on n’étudie pas et si on ne respecte pas les règles de la société, c’est que cette liberté partielle dont on jouit enfant disparaîtra totalement. Il y aura toujours des gens pour prendre des décisions à notre place et nous obliger à vivre selon leurs principes.

En étudiant, on s’assure que moins de gens seront à même de gérer notre vie à notre place. En étudiant, on s’assure d’obtenir la liberté que l’on souhaite.
Les règles de la société nous empêchent seulement partiellement d’être libres, car elles servent à quelqu’un quelque part.

Si les règles ne te plaisent pas, le meilleur moyen de les changer, c’est de les comprendre, les accepter (pendant un temps) et avancer vers la voie du succès politique où l’on peut changer les lois… et pour ça, il faut étudier.

Pour avoir son mot à dire dans notre société, il faut savoir pleins de choses et savoir faire pleins d’autres choses. Plus vous aurez de compétences et de connaissances, plus vite vous serez libres. Mais en attendant, il faut faire les bons choix pour acquérir ses connaissances et compétences.

Vous voulez être riches et faire tout ce que vous voulez ? Comment pouvez-vous obtenir de l’argent (éviter de le voler à qqn, vous devrez le rendre à un moment) ? Que savez-vous faire pour amasser de l’argent ? Qu’est-ce qui fait que vous êtes différents des autres ? Cherchez votre motivation. Vous apprendrez toujours plus vite en étant motivé !

Vous pouvez faire carreleur et bien gagner votre vie. L’étude n’est pas nécessaire mais il faut quand même savoir carreler… et gérer ses clients et comprendre un minimum la gestion des papiers/factures etc.
Bref, rien n’est simple.

Si vous voulez être sûr d’être tranquille dans cette société, intéressez vous à tout ce qui pourrait vous être utile dans la vie. Désolée, mais ça inclut d’étudier des cours bidons, etc. Courage, et bon blocus à tous !

Pourquoi les Européens auraient-ils besoin de ‘Thanksgiving’ ?

Vous connaissez certainement tous l’événement phare de fin d’année avant Noël : c’est « Thanksgiving ». Que vous le connaissiez par des films ou séries américaines, des amis canadiens ou autres, il y a toujours une idée essentielle qui prédomine… et que vous avez peut-être un peu dans vos célébrations de Noël. Saviez-vous que cet élément typiquement attribué à Thanksgiving est aussi un ingrédient secret du … bonheur ?!

Typical Thanksgiving family dinner

Pour prolonger un peu le suspense (à moins que vous ne sachiez déjà où je veux en venir), voici une petite question contextuelle : d’où vient Thanksgiving et pourquoi le fête-t-on ?

Origines et signification de Thanksgiving

Toujours fêtée à la fin de la moisson, cet événement avait pour but de rendre grâce (give thanks) pour la récolte – qu’elle soit bonne ou mauvaise (car si ça pourrait être mieux, ça pourrait toujours être pire). Quelque soit le(s) dieu(x) et la religion, se montrer reconnaissant de pouvoir se nourrir tout l’hiver est une coutume qui s’est fort transformée avec le temps… notamment parce que les champs se sont transformés en magasins et qu’il est devenu normal d’obtenir ce dont on a besoin dans un supermarché.

Source : http://www.telegraph.co.uk/news/0/thanksgiving-day-whats-the-history-of-the-holiday-and-why-does-the-us-celebrate-pilgrim-fathers/

récolte potiron

Vous l’aurez compris, l’idée majeure dont je veux vous parler avec ‘Thanksgiving’, c’est la gratitude.

be grateful bougie

Un événement de gratitude en Europe

En fait, il n’est pas tout à fait vrai que tous les Européens ne fêtent pas Thanksgiving. Il y a une célébration similaire au Royaume-Uni (où le principe est relativement le même) mais aussi en Allemagne (l’Erntedankfest… qui n’inclut pas vraiment de repas « gargantuesque »).

Si vous avez de la chance, votre Noël est déjà branché sur la gratitude et passer du temps en famille… Mais il est possible aussi que les événements de fin d’année finissent par être plus orientés « cadeaux » et peut-être même « qui est le meilleur de la famille ».

happy thanksgiving, be kind, spend time with your family

Pourquoi les Européens ont-ils besoin de ‘Thanksgiving’ ?

Simplement parce qu’il est important dans la vie d’avoir des événements pleins de gratitude et de reconnaissance des chouettes choses.

Être reconnaissant est plus qu’un comportement, c’est une émotion puissante qui peut vous mener sur la route du bonheur et vous aider à attirer la vie de vos rêves.

Ressentez jusqu’au plus profond de vous-mêmes le bonheur que vous apporte ces projets/rêves/concentrations. La gratitude est le sentiment le plus puissant que vous puissiez ressentir pour améliorer votre vie.

Noël à Moscou - vue du dernier étage
Vue aérienne de Moscou à Noël

Un dîner à Moscou

Un hiver, j’ai eu l’opportunité de passer du temps à Moscou auprès d’un ami et de sa famille. Nous avons mangé le repas de Noël tous ensemble.

Quelque chose m’a particulièrement marqué là-bas. Il faut noter que cette famille est de nationalité russe et d’origine azerbaïdjanaise donc je ne parle pas nécessairement d’une coutume russe. Ils étaient particulièrement reconnaissants de la bonne influence et du soutien que j’apportais à leur fils. Nous avons parlé d’actualités mondiales durant l’apéritif. Une fois que les premiers plats ont été déposés sur la table, le repas a débuté. Le père a commencé à énoncer toutes les choses de la vie pour lesquels il est reconnaissant : les rencontres agréables de l’année passée, le nouveau four dans leur appartement, les travaux dans l’appartement du fils, le succès du travail de leurs filles, le récent diplôme et le super séjour en Angleterre de leur fils… et surtout le fait de pouvoir être tous rassemblés autour d’une table et de pouvoir partager ce repas. Sa femme et ses enfants ont aussi partagés quelques choses pour lesquelles ils étaient heureux. Et régulièrement, pendant le repas, le père réitérait quelques phrases de gratitude, sur sa famille et sur le repas. Bien que je ne parle pas couramment russe, il était facile de comprendre qu’il s’agissait de paroles reconnaissantes. D’ailleurs, le père respirait la joie et la reconnaissance. Franchement, en mangeant, cela donne une bien meilleure impression que si on avait parlé de conflits.

J’ai trouvé que ce dîner correspondait bien à ce que l’on attribue à Thanksgiving aux États-Unis ou au Canada. Qu’en pensez-vous ?

Ce dîner m’a fait penser aux nombreux dîners que nous avons eu dans ma famille. Je vous avoue ne pas y retrouver beaucoup de gratitude, même si nous étions tous ensemble et que cela arrivait de moins en moins souvent.

Avez-vous déjà remarqué à quel point nous pouvons oublier de partager nos pensées de gratitude avec nos amis et/ou notre famille ?

Voilà pourquoi un événement comme Thanksgiving me paraît être nécessaire en Europe.
Un peu de lecture sur le sujet ? 🙂

Thanksgiving - potiron et tarte

Pourquoi manger bio ?

Pourquoi manger bio ? Cette question est délicate. Certains considèrent ce marché comme un attrape-nigaud (souvent en argumentant que la contamination n’est pas gérable). D’autres voient cette tendance comme une porte de sortie vers une vie meilleure. Pour tous ceux qui se demandent si cela vaut la peine de se nourrir avec une alimentation « bio », voici mon point de vue. 

Bio = sain ?

Quand on me demande si je pense que tout ce qui est bio est d’office bon pour la santé, voici ce que je réponds :

En fait, ce serait beaucoup trop facile si on pouvait considérer les choses de cette façon. Normalement, les produits labellisés « bio » doivent correspondre à un cahier des charges plus strict que l’alimentation non-bio. Il y plus de critères, relativement variable selon le label (européen, français, belge, allemand, etc.). Beaucoup d’acheteurs « bio » s’attachent à la tolérance à 0,9% d’OGM (parce que oui, vous avez raison, c’est impossible de garantir un produit sans contaminant ou modification génétique de nos jours). D’autres font ce choix pour éviter les pesticides, fertilisants, antibiotiques, additifs, irradiations stérilisantes et autres traitements « non-naturels ».
Mon testeur ultime pour savoir si un produit est bon pour la santé, c’est mon corps : en fonction de ses réactions, je saurai dire si ça vaut la peine d’en abuser ou pas.Il y a quelques produits industrialisés qui ont reçu le label bio mais dont mon corps n’est pas trop fan… j’ai plutôt tendance à désigner ceux-là comme mauvais pour la santé. Vous savez pourquoi ? Parce que les produits liophylisés et/ou bourrés de sucre, ce n’est pas nutritif. 

Au final, le sucre de canne roux (souvent utilisé dans les produits bio) est bien bien meilleur que le sucre blanc raffiné… mais ça reste du sucre ! Mon astuce : cuisiner au  sirop d’agave (il ne perturbe pas les intestins) ou au miel (si vous voulez du local).

Il n’y a rien de tel que la cuisine faite maison !


Le bio, c’est un choix de vie !

  • Personnellement, je préfère mettre mon argent autant que je peux dans des produits que je considère de qualité. Les différents label bio assurent déjà des produits avec seulement un minimum de pesticides/produits chimiques/OGM/etc.
  • Maintenant, je connais des petits producteurs locaux qui ne savent pas forcément payer le label mais dont la qualité est vraiment top. 
  • J’adore savoir que j’aide des gens comme vous et moi à se nourrir, nourrir leurs enfants, leur payer des études et vivre dans cette société.

Un esprit sain dans un corps sain.

Il y a un autre point à considérer. Un médecin m’a dit un jour que je pourrai manger toute la nourriture saine que je voudrai, si mon mental ne suit pas, mon corps n’arrivera jamais à être véritablement en bonne santé. Et je suis bien d’accord.


Cher, le bio ?! 

À la question du « pourquoi », beaucoup ajoutent le critère « prix ». C’est compréhensible ! Nous vivons dans une société où gagner sa vie n’est pas simple. Les salaires ne sont pas facilement élevés, surtout pour les jeunes (sans parler de la complexité de trouver un emploi). De plus,  il faut toujours aller vite et prendre le moins cher, peu importe l’impact que ça a sur nous après. Cette société fast food ne nous emmène pas vers le bien-être mais la consommation (et ça enrichit souvent des gens déjà riches…). Il est temps de prendre conscience de vos besoins pour être bien dans votre corps et dans votre esprit. C’est ça la base d’une vie heureuse. 

Le truc pour manger bio pas cher c’est très simple : n’achetez pas vos courses habituelles en version bio !!! Faites des choix !


Et vous, pourquoi mangez-vous bio ? 


Les produits sur mon blog :

J’en profite pour faire une petite note-confession par rapport aux produits que je partage sur mon blog, j’aime bien parler du fait qu’ils sont bio parce que c’est un critère de choix pour certains (comme le critère « végan »). Le but n’est pas de pousser les gens à la consommation du bio mais plutôt de leur partager des découvertes qui ont fait plaisir autant à mes papilles qu’au reste de mon corps… et ces produits sont rarement mis en publicité.

Vous savez, j’ai déjà tellement été désespérée par le manque de choix pour mon type de régime alimentaire, quand j’ai envie de craquer sur « n’importe quoi », que ça me motive à conseiller de potentiels chercheurs de « trésors » sans gluten et sans lait à leur tour. 🙂

P.S.: vous l’avez probablement reconnu, je me suis inspirée d’un de mes commentaires à une fidèle lectrice de mon blog pour écrire cet article 🙂 

Stress, doutes, hauts et bas. Après les études, sachez que c’est la même chose !

Vous êtes encore aux études et vous avez hâtes de finir et de passer à autres choses ? Imaginez-vous votre vie remplie par votre chez-vous, votre boulot, votre partenaire de vie et c’est tout ? Pensez-vous que le stress, les doutes, les hauts et les bas que l’on traverse tous lors des études s’arrêtent avec les études ? Vous ne pourriez pas vous tromper davantage !

Croyez-moi, je sais de quoi je parle. Cela fait maintenant 3 ans que je suis diplômée. J’ai rêvé de ces moments où j’aurais le temps de me lever tôt et de bonne humeur pour prendre un petit déjeuner consistant avant d’aller au bureau avec, dans mon sac, le dîner que j’ai préparé la veille. J’ai imaginé des bureaux tous remplis au début, pleins de gens de tous âges. J’ai imaginé qu’après le boulot, j’aurais toujours du temps pour faire du sport, voir mes amis, vaquer à mes occupations favorites.

Sauf que ça ne s’est pas passé comme ça. D’abord, trouver du boulot n’est pas si simple de nos jours (peu de budget ou de formateur, beaucoup d’expérience requise, etc.). Ensuite, Avoir son petit chez-soi, sa routine de sport/méditation et ajouter des hobbies… c’est aussi facile à faire que pendant les études, c’est-à-dire que vous aurez toujours des moments où le boulot passera avant le reste, que les amis auront déserté la région de votre (lointaine) habitation familiale et/ou que vous serez probablement trop fauchés pour payer des sorties et hobbies… Donc prévoyez déjà d’être imaginatif !

Une petite série en illustration ? Friends. D’ailleurs, le générique commence littéralement par « Tu vois, personne ne t’a dit que la vie serait comme ça… »

See no one told you life was going to be this way…!

~ Friends

No one told you life was going to be this way

La différence entre les études et le travail ?

Vous vous dites peut-être : « Plus de tests, plus de travaux à remettre, plus de deadlines après les études ! » ? Faux !
Je ne parle pas nécessairement de tous les jobs. Il faut bien se dire que je ne suis qu’un humain et que je ne peux imaginer toutes les situations possibles pour tous les jobs. Mais, d’après mon expérience et mes conversations variées, voici ce que j’ai remarqué : il y aura toujours des tests, toujours des documents à remettre, toujours des choses à faire avant une certaine date, toujours du rush, toujours du stress, toujours du challenge, toujours des choses à apprendre… et souvent par soi-même !


Si vous êtes chanceux et/ou que vous avez choisi un secteur professionnel qui correspond à ce que la société en général considère comme « utile » (banques, informatique, etc.), il est très probable que vous soyez une des rares personnes qui aient droit à un superviseur, manager, mentor. Peut-être ne l’aimez-vous pas. Peut-être est-ce une personne condescendante et arrogante. Peut-être n’est-il/elle jamais content(e) de votre travail… MAIS, au moins, vous ne devez pas apprendre toute une série de choses tout seul. Petite parenthèse pour ceux qui pourraient déjà savoir ce que leur superviseur veut leur faire faire : je compatis (et n’hésitez pas à partager vos histoires en commentaires !).

2017-10-08 12.47.40

Bref, la vie après les études, ce n’est pas si marrant…

Si vous n’avez pas aimé vos études, je n’ose même pas imaginer vos émotions concernant votre job.


Tout dépend du point de vue, c’est sûr. Après tout, qu’est-ce qui est fun à se lancer dans la vie active ?

  • On gagne notre propre argent de poche (et on le dépense comme on le souhaite).
  • On a de bonnes raisons de se bouger : le loyer, ça ne se paye pas en faisant des yeux doux à quelqu’un.
  • On peut enfin être quelqu’un d’important à nos propres yeux.
  • Ce qu’on apprend est mis en pratique et généralement utilisé régulièrement, donc on est vite rôdé.

Voici une chanson de Paramore pour aller avec cette liste : https://www.youtube.com/watch?v=EFEmTsfFL5A.

Ain’t it fun living in the real world?!

~ Paramore

Soyons clairs, je ne dis pas ça pour vous déprimer… juste pour casser vos illusions. La pression sociale du style études –> boulot –> maison, c’est un schéma trop simpliste qui ne souligne ni l’importance de bien se préparer, ni l’importance de faire de bons choix, sans parler des nuances incroyables qu’il peut y avoir selon que vous êtes une personne chanceuse ou pas.

Donc, honnêtement, avoir un job après les études c’est génial. L’être humain a besoin de se sentir utile et défié. Si ce n’est pas le cas pour vous, c’est que vous avez besoin de sortir de votre bulle de pourri-gâté (je rigole !).
Confessions :

La situation économique actuelle est tellement réduite aux métiers « utiles » à la société, que trouver un job spécifique n’est pas facile. Personnellement, je me suis spécialisée en anthropologie pour me démarquer de mes camarades de classe archéologues… Sauf que quand personne ne voit l’intérêt d’embaucher quelqu’un à temps plein pour remplir votre rôle, vous pouvez être qualifié autant que vous voulez, le poste n’est pas ouvert, il n’est pas ouvert.

Alors, qu’ai-je fait dans cette situation ? J’ai appris à apprivoiser mes peurs et mes doutes. J’ai appris à me focaliser sur ma motivation et ce que je veux vraiment. Mon petit côté fainéante me fait parfois douter sur ma volonté d’obtenir un job à temps plein, je reste humaine. Pour l’apprivoiser, je me suis lancée en consultante freelance et j’ai proposé mes services à quelques archéologues. Évidemment, le tout est de parvenir à être présent au bon moment ! Quand l’opportunité s’est présentée, j’ai pu leur montrer qu’il était intéressant de me connaître et de me payer. Maintenant, j’ai au moins deux archéologues sur quelques dizaines qui savent ce que je vaux et font appel à moi régulièrement.


Mais entre ces missions, que faire pour garder la motivation ? Écrire des articles et faire des sites web, ça n’a pas l’air de toucher un large public… mais ça a le mérite de m’entraîner à comprendre, créer et bien gérer des sites web et réseaux sociaux. Bien entendu, petite tête bleue fait encore des erreurs. Et, comme toujours, sans mentor, on ne sait pas toujours s’améliorer rapidement. C’est lorsque l’on se rend compte qu‘on n’est pas seuls, qu’il y a d’autres personnes qui sont passées par là et qui partagent leur expérience, que l’on se sent mieux. Je me suis mise à lire des tonnes d’articles en anglais et en français sur les meilleures façons de s’améliorer, se rendre plus performant et productif, éviter la procrastination et les coups de mous et surtout se lancer dans ce que l’on souhaite vraiment.

Le résultat est que je me suis rendue compte que j’adore aider les autres et que j’adore écrire. Les sites web et réseaux sociaux sont ma plaine de jeux. Illustrator, Photoshop, Indesign et Canva sont mes amis. En me rendant compte que tout le monde n’était pas comme ça, je me suis mise à proposer des services de marketing en ligne et de création de site web afin d’aider les gens à s’en sortir. Comme tout, cela prend du temps. Il y a des hauts et des bas. Il y a toujours des gens motivés qui perdent motivation et laissent tomber ce que vous leur proposer. Il y a toujours des gens qui ne communiquent pas et ne savent même pas exactement profondément ce qu’ils veulent. Le tout est d’apprendre à garder le contact avec les gens et se montrer présent quand ils en ont besoin.


Conseils : lancement de carrière 

En fait, avec le recul, on apprend à savoir ce qui est important dans la vie et on se lance quand on se sent prêt. C’est ça la clé pour avancer après les études.

Mais il ne faut pas nier pour autant ce qui s’est passé dans vos études. Tous les événements ont constitué un entraînement pour vous. Ils vous ont préparé à survivre et bien gérer le stress quotidien, le rush, les deadlines annuelles, etc.

Gardez seulement ceci en tête : si vous pensez que vous pouvez parvenir à vos fins, branchez vous seulement sur ce canal-là. Vous connaissez les doutes, ils ne sont pas sympas, ils existent, c’est normal mais vous n’avez pas besoin de les écouter.

En bref :

  • Entourez-vous de gens motivés.
  • Lisez des articles et regardez des films inspirants.
  • Définissez vos qualités et vos défauts. Trouvez des parades pour gérer les bas et remonter le plus facilement.
  • Profitez de vos études pour vous entraîner. Apprenez à avancer selon vos capacités et vos atouts.
  • Développez autant que possible vos compétences et dons. TOUT pourra vous servir pour avancer vers vos buts, not. au niveau carrière.
  • Rappelez-vous que vous avez des besoins et que vous irez toujours plus loin en les prenant en compte. Prenez soin de vous.

 

Quelques mots de sagesse sur l’amour

L’année dernière était pour moi un challenge énorme au niveau amoureux. L’instabilité et la remise en question ont été fort régulières sur ce point. À la fin de l’année, je suis arrivée à quelques conclusions à ce sujet. Beaucoup de conversations avec ma famille et mes amis l’ont montré : j’ai passé cette épreuve d’interrogation sur l’amour grâce à quelques mots simples qui résonnaient en moi. Je vous partage ces mots de sagesse en espérant que ça touchera et aidera certains d’entre vous.

Love's just a feeling

« Love’s just a feeling. Don’t overthink it. »
L’amour est juste un sentiment. N’y pense pas trop.

Extrait de Love’s just a feeling par Lindsey Stirling

Ces mots de sagesse – issus d’une chanson jouée par Lindsey Stirling – suggèrent un lâcher prise en amour.

sunset love

Si je vous le partage aujourd’hui c’est parce que je suis une de ces reines romantiques qui overthink beaucoup trop facilement l’amour (#fleurbleue). Mais soyons clairs : c’est normal. Nous sommes dans une société où l’on nous donne constamment un but et un espoir en amour.
D’ailleurs les célibataires sont souvent vus avec pitié ! Or, l’expérience m’a montré maintes fois que savoir être seul(e) et se sentir à l’aise ainsi est indispensable si l’on veut se lancer dans une relation de couple durable… sinon, on risque de surcompenser sur l’autre. Ce type de surcompensation peut paraître anodine comme ça. Et certain(e)s prétendent même gérer cela. Mais au bout d’un moment, cela pèse et pète…


L’amour… grosse illusion ?!

J’avoue, c’est une épreuve agaçante que de comprendre que le beau tableau de l’amour n’existe pas comme on nous le promet. Il ne reste pas forcément fidèle. Elle ne reste pas forcément envers et contre tout. Et vice versa.
Il est évident que dans la requête que nos proches et amis nous font généralement quand ils s’enquièrent de notre statut amoureux, une belle et grosse ellipse est faite. Cette ellipse est tellement peu formulée, que ce soit verbalement ou implicitement dans les contes de fée et films de divertissement que l’on nous offre au quotidien, que beaucoup ne se sont pas rendus compte de l’existence d’une condition sine qua non à toute « mission de trouver un amoureux/se ».


La pression sociale

Parce que c’est ce qui est généralement impliqué dans les « et alors, quand est-ce que tu nous ramènes un(e) petit(e) copain/copine ? ». Enfin j’exagère un peu, ce n’est pas une mission que l’on nous propose implicitement. C’est peut-être un devoir. Un devoir qui poussent les gens, si on ne le remplit pas, à nous regarder avec tristesse, voire questionnement.

« Quand va-t-il passer à l’étape suivante de sa vie ? Après les études, on trouve un(e) mari/femme et on fonde une famille. »

forever

Les critiques peuvent aller jusqu’à questionner les préférences intimes de la personne concernée : « Serait-elle lesbienne ? » / « Serait-il gay ? »…avec toutes les réflexions de réactions appropriées à ce sujet.

Sans partir dans le débat qui explique pourquoi les gens s’intéressent aux autres de cette façon et sont curieux à ce point (ma théorie actuelle est qu‘ils s’ennuient…! xD), il faut le dire, ça ne regarde personne.

Toutefois, il faut bien reconnaître que beaucoup de gens souhaitent pour les autres le bonheur tel qu’ils le conçoivent… souvent, on considère une seule façon possible pour être heureux : en amour… Vieille tradition ou vieux paradigme qui ne me plaît guère personnellement, je l’avoue, même si je comprends ce qui peut paraître en partie derrière.

love laugh

Êtes-vous vraiment bien dans votre relation ?

Bref, avec cette pression sociale, on se retrouve vite à vouloir trouver l’amour, voire à croire à l’amour vite et bien, le beau et le romantique, le parfait et le parfumé.
Sachez que si vous trouvez un tel amour, il est probable que vous soyez précisément en train de vous nier tous les inconvénients et aspects négatifs de la relation.
Rassurez-vous, il n’y a pas besoin de changer de relation dès qu’on trouve des inconvénients. Il y en aura toujours. Le tout est de voir jusqu’où vous êtes prêts à les accepter… tout en respectant la loi de l’univers qui vous demande de vous respecter vous-même…! Autrement dit, n’acceptez pas ce qui vous empêche de vivre.

Maintenant, pour rebondir sur le conseil de sagesse de cette chanson, j’aimerais vous donner mon point de vue sur le questionnement « êtes-vous sûr(e) que vous avez trouvé l’amour de votre vie ? ».
D’après ce que j’ai observé, lu et testé, il n’y a pas un seul amour pour votre vie. Nous sommes des êtres humains, par définition changeants. Nous évoluons avec le temps et les obstacles. Nous nous adaptons, laissons tomber des comportements, récupérons des nouveaux. Constamment. C’est ce qui fait la richesse de notre vie sur terre.

La bonne nouvelle est qu’il y aura toujours au moins une personne sur terre qui vous conviendra pour marcher à vos côtés sur le chemin de votre vie. Il y aura toujours des gens que vous souhaiteriez croiser mais dont le chemin ne fait que se rapprocher légèrement pour un temps. Il y aura toujours une personne ou l’autre qui agira davantage comme un partenaire dans votre vie et vous aidera à traverser des épreuves plus difficiles. Il y a donc plusieurs personnes dans votre vie qui peuvent être considérées comme l’amour de votre vie.

Albert & Alegra
Alegra Cole & Albert Brennaman (Hitch) illustre très bien l’importance de se sentir bien avec quelqu’un et d’être accepté tel qu’on est : un être humain.

Un(e) partenaire de vie

Le concept de partenaire de vie est ce que j’ai trouvé de mieux pour tempérer mon côté romantique qui essaye de définir si j’ai vraiment trouver l’homme de ma vie… Vu qu’il semblerait que ce côté et ce questionnement soit bien ancrés dans ma nature, il me fallait une solution. Et voici la mienne. Peut-être qu’elle sera utile à certains d’entre vous aussi.

Un partenaire de vie est une personne qui vous comprend le plus possible (pas à 100%, restons réaliste) et qui vous accepte tel que vous êtes, surtout pour les parties qu’il/elle ne comprend pas vraiment. Il est aisé d’avoir l’impression d’être compris par quelqu’un… mais seul le temps vous montrera si la personne vous comprend réellement ou si elle vous applique des modèles interprétatifs parce que vous ne correspondez pas à ce qu’elle a pu croiser dans sa vie. Très franchement, je vous conseille d’éviter de passer trop de temps avec les gens qui vous interprètent et qui ne vous comprennent pas réellement, parce que ça ne profite à personne, ni à vous ni à eux.

L’acceptation d’une personne est souvent confirmée quand on se sent à l’aise presque à 100%, sans prendre en compte les petites choses sur lesquelles nous pouvons complexer ou que nous ne souhaitons juste pas partager avec le monde entier.
Si vous adorez passer du temps avec une personne qui vous comprend et vous accepte, il est possible que cette personne soit un bon partenaire de vie pour vous.

Alex & Sara
Si vous avez vu le film Hitch, vous penserez naturellement à Alex qui ne cesse de gaffer dans ses rendez-vous avec Sara… Pourquoi reste-t-elle ? Parce qu’il est vrai et qu’elle a l’occasion de voir sa vulnérabilité…

Il est donc presque indispensable d’être ami(e) avec une personne pendant un certain temps avant d’envisager de construire un couple avec cette personne, même si les sentiments sont forts dès le début. D’ailleurs, c’est souvent le cas quand on rencontre une personne avec qui on se sent en phase, à l’aise et compris(e)… mais je conseille vraiment de laisser un peu de temps avant de se laisser voguer sur la vague de l’amour directement dès l’apparition de ces sentiments.

Je ne sais pas si c’est juste pour les personnes qui ont un grand cœur, mais s’emballer n’est généralement pas idéal parce qu’on a tendance à fermer les yeux sur des choses gênantes et des problèmes qui pourraient apparaître une fois la relation établie et moins rose… Croyez-moi, même quand on pense connaître quelqu’un par cœur, on a toujours des surprises. Mais la meilleure façon d’éviter de s’emballer dans des histoires romantiques déchirantes (ça a son attrait, certes, mais à un moment ça fait mal, donc autant jouer la carte de la méfiance), c’est d’appliquer le test du temps en tant qu’ami(e)s. Et oubliez les histoires de friendzone, c’est un concept inventé pour expliquer le fait qu’on ne correspond pas au profil du partenaire de vie et qui ne se base sur rien de précis.

J’irais même jusqu’à dire que vous aurez plus facile à construire une vraie relation de couple (avec les disputes, coups de gueule, délires et activités communes) avec un(e) ami(e) qu’avec un(e) inconnu(e). En connaissance de cause, vous saurez si votre ami(e) sera là pour vous quand vous en aurez besoin. Vous serez déjà au courant d’une partie de ses défauts et de ses qualités… Vous saurez déjà si vous devrez le convertir à votre passion ou si vous partagez déjà pleins de choses dans vos vies.

luke et lorelai
Pour ceux qui ne connaissent pas, Luke et Lorelai étaient amis pendant 8 ans avant d’essayer de sortir ensemble.

En résumé, si vous voulez vous sentir bien en amour :

  • Lâchez prise et ignorez les requêtes de votre entourage quant vos histoires amoureuses, oubliez la pression sociale au maximum.
  • Veillez à vous sentir bien avec vous-même tout d’abord, sachez qui vous êtes et fixez-vous un but dans la vie qui vous donne envie de vivre, même seul(e) …ou vous risquerez de prendre l’autre pour échappatoire, surcompensation et de le/la perdre avec le temps… (les projets en commun sont quand même indiqués pour faire avancer un couple dans la même direction).
  • Entretenez vos liens d’amitié et gardez particulièrement les personnes qui vous comprennent, vous acceptent et avec qui vous êtes à l’aise.
  • Si le cœur vous en dit, choisissez votre partenaire de vie parmi ces personnes pour vivre l’amour, vous vivrez une expérience tout à fait différente de ce que vous aurez pu imaginer et c’est tout à fait fantastique.
grateful.jpeg

En vous souhaitant une merveilleuse vie ! 🙂

Les 5 accords toltèques

Connaissez-vous les « Accords Toltèques » ? Ce sont des règles de conduite qui permettent de régler et limiter les conflits. Les mettre en application n’est pas une mince affaire, évidemment. Mais si vous vous efforcez à les suivre le plus possible, vous pourrez observer des changements dans votre vie. Croyez-moi, je les suis depuis plus de 10 ans et ça marche !

Voici les Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz :

  1. Que ta parole soit impeccable !
  2. Ne prends rien personnellement !
  3. Ne fais aucune supposition !
  4. Fais toujours de ton mieux !
  5. Sois sceptique mais apprends à écouter !

Au début, il y en avait que quatre. Dernièrement, un cinquième a été publié. Vous pouvez trouver la version originale des livres ici : http://www.miguelruiz.com/books/.

Mais qu’est-ce que ces « accords » veulent vraiment dire ?

Faites attention à vos mots !

L’univers est votre propre police. Tout ce que vous dites pourra revenir contre vous. Ne prononcez aucun mot que vous ne puissiez assumer. Le mieux est même de se concentrer sur un parler respectueux. Cela vous apportera du respect et des réactions positives. Une attitude compatissante et des mots simples vous apporteront toujours plus de compassion, de sympathie et de respect.Soyez tout de même justes dans vos propos. Car être trop gentil ne vous fera pas du bien, et être hypocrite vous reviendra dans la figure, tôt ou tard.Les mots que vous prononcez, même énervés, vous reviennent. Vous attirez ce que vous prononcez. L’univers fonctionne d’après cette « loi de l’attraction« . Si vous souhaitez attirer des problèmes, du malheur, la maladie ou de la « merde », vos jurons et gros mots vous y mèneront facilement. Mais ne gardez pas forcément votre énervement pour vous. Soyez créatifs. Prenez l’exemple du Capitaine Haddock et de ses nombreux jurons. Je ne sais pas vous, mais attirer des cornichons, coléoptères, des bachi-bouzouk ou des moules à gaufres, cela me plaît plutôt plus que des merdes.
Voici mes ‘gros mots’ favoris du moment : « nom d’un p’tit Schtroumpf » et  « colchique dans les prés ».

Lâchez prise et élargissez votre point de vue !

À chaque action ou parole qui pourrait vous blesser, prenez du recul. Dites-vous que cela n’est pas directement dirigé vers vous.Même lorsque quelqu’un vous critique. Car, en vérité, c’est lui/elle-même que cette personne critique : souvent quand on ne voit pas quelque chose qui nous gêne chez nous-même (par exemple, une apparence ou un façon de parler), on le voit plus fort chez les autres et cela nous pousse à la critique.Quelqu’un d’énervé, nous le savons, risque toujours de lâcher sa colère sur quelqu’un d’innocent. Si cette personne n’est pas bien dans sa vie (stress professionnel ou privé), il pourra vous en vouloir pour une broutille !
Et cela vaut pour toutes les attitudes !

Vous savez ce que j’ai remarqué personnellement ? Les gens que l’on trouve arrogants et imbus de leur personne, en réalité, manquent de confiance en eux, se sentent inférieurs à vous, ont l’impression qu’ils ne sont pas reconnus pour ce qu’ils valent et/ou se sentent attaqués personnellement…! Gardez cela en tête et n’hésitez pas à leur dire ce que vous pensez d’eux. Cela peut les apaiser, au moins vis-à-vis de vous.

Ne prenez pas une supposition ou une interprétation pour affirmation.

Posez des questions à votre interlocuteur et vérifiez.
Les malentendus, quiproquos et la plupart des conflits interpersonnels viennent d’un problème de communication : soit que les gens ont mal interprétés ce que vous avez dit, soit que des choses n’ont pas été dites. Voilà une autre raison pour prêter attention à vos paroles.

Vous n’êtes pas parfaits, vous êtes humains. Faites de votre mieux et soyez-en satisfaits.

Cherchez toujours à vous améliorer. Il ne sert à rien de vous jeter la pierre pour quelque chose que vous faites mal. Utilisez plutôt cette énergie pour faire les efforts qui vous paraissent adéquats, importants et dans vos cordes pour vous améliorer. Vous vous sentirez mieux et avancerez même plus vite vers vos buts.

Ne croyez pas tout, mais écoutez

L’attitude du sceptique est celle qui vous protégera le plus des affirmations fausses (et cie). Mais restez ouverts, cherchez à comprendre et, pour cela, écoutez. Vous apprendrez davantage en agissant de la sorte. En croyant tout ce qu’on vous dit d’emblée, vous pourriez passer complètement à côté de la vérité… et même vous faire manipuler. Être sceptique vous pousse à chercher plus loin que ce que l’on vous dit, tout en laissant les autres s’exprimer. Vous n’avez pas besoin de rejeter tout ce que l’on vous dit. Vous pourrez davantage vous faire votre propre opinion en écoutant tout ce qu’on a à vous dire.
C’est un exercice intéressant face aux médias : tout n’est pas toujours vrai ou complet… les journalistes aussi sont humains.


Vous cherchez les références des livres sur les Accords Toltèques de Miguel Ruiz ? Il y a toute la liste ici 🙂

Les 5 étapes essentielles vers une meilleure vie

Connaissez-vous les points les plus importants à suivre pour avoir une vie au top ? Savez-vous qu’il y a des étapes essentielles et actions indispensables pour obtenir la vie de vos rêves ? Voici quelques conseils bien adéquats à mettre en pratique.

1. Organisez votre vie aux niveaux de votre :

*Environnement : trier, ranger, organiser votre espace et nettoyer régulièrement.

Si vous vivez dans un endroit bien rangé et propre, vous serez plus facilement de meilleure humeur ! Prenez le temps dont vous avez besoin pour vous sentir bien chez vous : organiser votre espace de façon à ce que vous puissiez ranger et nettoyer régulièrement et rapidement. Il faut qu’il ne reste aucun tas à trier !
Votre espace de vie peut vivre… si c’est bien organisé, vous ne perdrez pas trop d’énergie à ranger ou nettoyer.

*Finances :

Organiser vos finances, c’est définir vos rentrées d’argent et vos dépenses, ménager des espaces pour vos factures et documents administratifs (fardes, par exemple) dans votre bureau, prévoir les sorties, préparer la vérification et le paiement des factures au moment adéquat pour vous. Une fois que tout ça est mis en place, les factures perdues/impayées et les dettes disparaîtront.
Pour la santé de vos finances, vous avez besoin de savoir si vous vivez dans vos moyens… et si ce n’est pas le cas, de trouver des solutions pour que ce soit le cas.

*Relations : familiales, amicales ou professionnelles…

Réservez du temps de qualité pour les gens que vous portez dans votre cœur. Prévoyez des soirées avec votre partenaire de vie, vos enfants, vos amis, votre famille. Organiser ses relations, ça inclut aussi de laisser tomber les relations toxiques… vous savez, ces gens qui vous prennent votre énergie… Si vous êtes vidés/fatigués/sur les nerfs/etc. après une conversation normale avec quelqu’un, cela veut juste dire qu’il y a antipathie et que vous avez peut-être même besoin de ne plus voir cette personne pour être bien.

*Santé : oui, la santé, ça s’organise.

De quoi avez-vous besoin dans votre vie pour être en bonne santé. Vos médicaments ou nutriments sont-ils tous dans une armoire ? ou pêle-mêle dans plusieurs armoires ? Pour vivre sainement, vous savez que vous devez manger d’une certaine façon ? Alors vous savez que vous avez besoin d’une organisation, qu’il s’agisse de rappels pour prendre un cachet, de préparer des menus de la semaine ou de faire la liste des aliments qu’il n’y a plus dans votre placard avant de faire les courses.
Si vous avez besoin de faire du sport régulièrement pour votre santé, organisez-vous aussi pour prendre ce temps.

*Énergie spirituelle :

Définissez des moments pour vous sentir bien (méditer, prier, parler aux arbres, etc.) et déterminez votre sens de vie.
Si vous n’avez pas de sens à votre vie, il y a 80% de chance que vous la subissiez plutôt que de la vivre pleinement… ce qui veut dire que vous pouvez vous sentir mieux à la fin de chaque journée si vous gardez votre sens de vie en tête.

*Temps : organiser votre temps, c’est prévoir les choses que vous avez à faire et choisir les priorités à faire par jour.

Si votre temps est bien organisé, vous abattrez plus de boulot que si vous travaillez simplement selon votre to-do liste en remettant la suite de la liste au lendemain (c’est limite de la procrastination, ça…!). En prenant le facteur « temps » en compte, vous jouez avec votre adrénaline pour être plus efficace dans chaque tâche.


Concrètement, vous le savez, vous êtes plus rapides quand vous avez en tête toutes les choses que vous comptez faire sur la journée. Si on vous donne une tâche et qu’à la fin de chaque tâche, vous recevez une autre, instinctivement vous serez plus lent.  Vous le savez, tout est lié. Mais vous avez besoin d’organisation dans votre vie pour vous focaliser sur le reste.

Une fois que vous avez des systèmes efficaces et bien organisés, vous serez plus efficaces dans tout. Mais vous avez besoin de prendre le temps de vous organiser d’abord. Sans cela, les imprévus iront sur la pile des autres choses à faire et vous n’aurez probablement jamais le temps de vous mettre à régler ces choses.


où allez-vous comme ça dans votre vie

2. Définissez et investissez dans votre futur :

Quelle vie voulez-vous vivre ?
Quels sont vos objectifs dans votre vie ?
Pourquoi ? Quel est le sens profond de ces choix/désirs à vos yeux ?
Puis, comment allez-vous les manifester et agir ?

Confession en exemple : Je veux vivre une vie pleine de sens, de découvertes et d’émerveillement. Je veux pouvoir subvenir à mes besoins financièrement et je veux travailler dans quelque chose qui a du sens pour moi. J’ai toujours voulu être écrivaine mais ne savait pas sur quoi écrire. J’écris des articles sur ce blog et je crée des sites web parce que ça me challenge et que j’apprécie la tranquillité du virtuel. Je partage dans ce blog des choses que j’apprécie dans la vie et des conseils que je donne à mes amis… en me disant que ça pourrait aider des gens, répondre à des questionnements, etc. Je suis idéaliste et je souhaite aider le monde entier à aller mieux. Je suis convaincue que c’est en lançant des sourires que l’on peut améliorer le monde en commençant par mettre les gens que l’on croise de bonne humeur. Je pense que ces petites graines que je sème dans mes blogs pourront toujours aider d’autres à se sentir mieux. Et ça me fait me sentir bien. Mais pour être vue et lue en ligne, je dois avoir un rendement régulier d’articles dans lesquels je crois et qui plaisent. Ce défi me plaît et chaque jour, j’ai de nouvelles idées d’articles à partager avec vous.

3. Déterminez des paramètres pour suivre votre évolution vers vos objectifs de vie.

Par exemple, si vous voulez manger plus sain, observez vos repas et les proportions de nourritures saines que vous augmentez petit à petit dans vos menus.
Dans mon exemple, c’est la satisfaction que je retire personnellement de mes articles et le nombre de réactions qui me servent de paramètres.
Si votre objectif de vie est de bien éduquer vos enfants, vos paramètres sont leurs paroles et actions.
Si votre objectif de vie est d’avoir une chouette maison avec la personne que vous aimez ou de découvrir le monde, devinez quels paramètres vous pouvez déterminer pour voir votre avancée.

la nature est le meilleur endroit pour méditer

4. Méditez pour réduire le bruit de vos pensées, prier, écouter de la musique inspirante…

Ménagez-vous ce temps pour vous-mêmes.

5. Avancez vers vos buts chaque jour (pour éviter la procrastination) :

Commencez par les « plus difficiles » choses nécessaires, une étape à la fois.


Il y a un article bien plus détaillé là-dessus sur Medium par Ben Hardy.

Pourquoi voyager seul(e) est important ?

Il y a quelques temps je me suis remémoré de bons (et moins bons xD) souvenirs de voyages pour expliquer à Hostelworld sur Twitter comment voyager seule a changé ma vie.
Plusieurs de mes amis m’ont confié ne pas être à l’aise avec l’idée de voyager seul(e). Souvent, ils cherchent quelqu’un avec qui faire ces voyages dont ils rêvent. J’en profite donc pour partager mes expériences et tenter de montrer que voyager seul(e) est une opportunité rare de la vie qu’il faut saisir sans attendre, surtout lorsque l’on ne se connaît pas très bien.

Pourquoi est-il bon de se perdre ?

Pour mieux vous connaître !

Il y a plusieurs façons de réagir quand on se perd :

  • Paniquer, laisser place au désespoir. C’est une réaction humaine simple qui arrive surtout les premières fois où l’on se retrouve seul(e) et perdu(e).
  • Demander son chemin à un passant, si on ose… l’ego et la fierté peuvent être gênants pour ça.
  • Continuer à se balader en espérant que son instinct va trouver une solution.
  • Essayer d’identifier une direction suffisamment peuplée et trouver éventuellement des panneaux de signalisation qui vous disent quelque chose. Cette stratégie peut vous amener à suivre des gens, en espérant qu’ils ne rentrent pas chez eux et qu’ils ne vous remarqueront pas. Cela peut vous mener à vous éloigner de votre but, mais pas toujours.
  • etc.

Personnellement, j’ai tendance à mélanger les stratégies « instinct » et « réflexion d’après les gens que je croise ». Je finis toujours par retrouver mon chemin. 

Voyager solo m’a fait réaliser à quel point je n’aime pas demander de l’aide à n’importe qui, surtout tant que je crois que je peux gérer moi-même. C’est un trait de ma personnalité que je sais mettre entre parenthèses si nécessaire depuis que je me suis rendue compte que je fonctionnais comme ça.

Et vous, que faites-vous quand vous vous perdez ?

Se perdre est quasi inévitable en voyage, ne fut-ce que pour quelques brefs instants. Si vous ne vous êtes jamais perdu(e)s, vous êtes probablement passés à côté de quelque chose ! Cette étape est importante car :

  • elle défie votre égo, 
  • vous sort de votre zone de confort et
  • vous pousse à prendre des mesures pour vous rassurer.

Quelle est VOTRE façon de gérer les « situations-problèmes » ?

À force de devoir résoudre des situations vous-mêmes, vous êtes sûrs d’en apprendre plus sur vous, vous améliorez et prendre peu à peu confiance en vous.


Apprendre à oser

Lors de tous vos voyages, même accompagnés, vous vous retrouvez à devoir oser plus qu’au quotidien.

Oser
, c’est faire preuve d’adaptabilité et se permettre de résoudre des problèmes ou des questions parfois plus vite que d’accoutumée. 

En plus, oser, c’est comme se perdre : au final, vous pouvez découvrir des endroits insolites, pittoresques et inconnus. Vous pouvez prendre conscience de ce qui existe en dehors de votre zone de confort (hébergement, activités habitudelles, etc.) et résoudre des « mystères ».


Apprendre à mieux se connaître en solo

Voyager n’est pas toujours reposant. C’est même stressant d’une certaine façon : être à l’heure pour prendre l’avion ou le train, passer la sécurité, trouver quelque chose à manger à l’heure où les restaurants ou magasins sont ouverts, trouver son hôtel, s’y retrouver dans les transports en commun ou trouver un moyen d’expliquer où on veut aller à un conducteur de taxi…

Ces petits stress ne sont pas très différents de ceux que nous expérimentons au quotidien…! Pourtant, ils en effrayent plus d’un. Et cela effraye d’autant plus quand on est seul(e)… Pourquoi ? Bien souvent, les personnes qui n’aiment pas voyager seules ont déjà du mal à rester seules dans leur vie.

D’après mon expérience, apprendre à vivre avec soi est hyper important, avant de construire quoique ce soit. Les voyages en solo peuvent fournir de grandes opportunités pour apprendre à mieux se connaître.

Une des clés dans cet apprentissage de vous-même est d’être particulièrement gentil avec vous-même ! Vous êtes coincés dans le voyage de la vie avec vous-même, il n’y a aucune raison de vous punir et vous torturer pour des choses que vous ne faites pas bien durant toute cette vie. Si vous voyez ce que vous faites mal, c’est déjà très bien. Profitez-en pour aller de l’avant. Si vous savez changer les choses qui vous font vous critiquez, changez-les. Si vous ne savez pas les changer, acceptez-les. Et aller de l’avant.

C’est la même chose pour les voyages. Chacun de vos actes peut être une bénédiction qui va vous dire « cool, tu gères » ou « mais qu’est-ce que tu fous, t’as raté sur ce point-là ». Dans les deux cas, ce sont des bénédictions car cela vous permet d’avancer et de vous prouver à vous-mêmes que vous êtes quelqu’un avec qui cela vaut la peine de prendre du temps pour vous faire plaisir et voyager. Car, dans les deux cas, vous vous approchez de l’efficacité et du bien-être…

Chercher à se sentir bien en toutes circonstances

À ce propos, il est très important de porter son attention sur tout ce qui peut vous faire plaisir, vous mettre à l’aise.

Exemple :

À mon arrivée à Porto, juste en sortant du métro qui m’a emmené depuis l’aéroport jusqu’au « centre-ville », je me suis perdue, j’avais chaud et faim… Que des raisons pour ne pas être à l’aise. Et pourtant, la première solution était simple, vu que je me baladais avec mon sac sur le dos. Je me suis changée devant une église, quelque peu cachée par des arbres. 

L’étape suivante était de retrouver plus ou moins son chemin, incluant la gare et un resto. 

Autant être habillée de façon appropriée si c’est pour se balader à travers la ville pour chercher à manger… en partant d’un point où on ne sait pas où on est.

J’ajoute, en parlant de nourriture, que mon régime alimentaire (sans gluten et sans lait animal) est un choix que je maintiens depuis 10 ans. Je connais beaucoup de gens dans le même cas (intolérants à certains aliments) qui ont tendance à oublier leur choix alimentaires lorsqu’ils sont en voyage. La « facilité » apparente de ce choix est généralement subi par après et terni les expériences qui suivent. 


Pour moi, ce n’est pas une bonne idée de laisser tomber mes choix en matière de nourriture quand je voyage, et ce pour deux raisons. La première est que je suis du coup sujette à beaucoup d’émotions irrationnelles et exagérées suite au repas de « craquage ». La seconde est que, par expérience, je peux vous assurer que peu importe où je vais, je trouve toujours quelque chose que je peux manger. 

En plus de mieux savoir comment je fonctionne en situation problématique, je me suis prouvé à moi-même que je sais me fournir le confort dont j’ai besoin au moment où j’en ai besoin…

J’ai appris à voir ce qui est bien ailleurs et, à mon retour, ce qui est bien chez nous aussi. J’ai appris à le dire aux gens quand je trouve que ce qu’ils font est vraiment chouette et bien pensé, même si je n’achète pas précisément leurs produits (pour des raisons personnelles).

Donc, le tout est de savoir s’adapter pour les bonnes choses et de prêter attention à son confort quand on voyage seul(e).
Astuce toute bête : se changer quand on arrive à l’aéroport. Surtout quand c’est l’été, qu’il fait chaud dehors et que votre destination ne sera probablement pas aussi chaude au milieu de la nuit (selon votre heure d’atterissage). Logique, d’après vous ? Très bien. Mais sachez que d’après ce que j’ai vu, il n’y a pas tant que ça de gens qui prennent le temps de se changer à l’aéroport. 


Au retour, je me suis sentie plus ouverte et motivée à communiquer avec les gens.


 
Bref, je vous conseille les voyages solo. C’est vraiment une expérience bénéfique. Cela vous apportera toujours beaucoup !

Quelques livres à lire pour vous motiver ou vous accompagner dans votre voyage en solo ? C’est par ici ^^

Luxembourg, Grand-Duché à découvrir

La capitale Luxembourg

L’avantage de Luxembourg est la combinaison de la ville avec la nature. Cela donne des paysages très intriguants. On trouve de nombreux parcs en ville, tout comme un pietionnier et des places souvent animées. D’un quartier à l’autre de la ville, vous aurez un point de vue arboré. 


La partie historique de la ville est également bien mise en avant. Les musées sont tous très bien faits et les lieux « touristiques » bien entretenus. Les casemates, par exemple, mêle le côté ludique d’un labyrinthe avec l’aspect rupestre des grottes.


Bien manger 

Vous y trouverez, comme dans toute capitale qui se respecte, des établissements de restauration variés qui proposent des produits locaux, bio, équitables. 

Par exemple, l’Exki propose des produits pour tous les repas (petit déjeuner, brunch/lunch, souper) adaptés pour tous les régimes alimentaires mais aussi des boissons dignes des tearoom et coffee shops (petit bémol : ils n’ont pas tjs du lait végétal).
Un de mes restaurants favoris sur la place d’Armes est la Brasserie du Cercle.

 

Le château de Vianden

Le petit village de Vianden est un endroit tout à fait pittoresque et tranquille où l’on peut se balader, visiter le château et se restaurer dans de petites brasseries sympathiques. L’une d’elle (exemple), à la décoration vintage agrémentée de vinyles, de fauteuils confortables et de vieux sièges de cinéma, propose des boissons et plats variés qui n’ont rien à envier aux coffee shops du style Starbucks. D’ailleurs, les assiettes sont bien remplies. Si vous êtes chanceux, vous aurez peut-être droit à une projection d’un vieux cartoon au mur en sirotant un macchiato ou un thé matcha, par exemple.


Si vous souhaitez passer la nuit sur place, n’hésitez pas à demander une belle vue sur le château ou la vallée, ça vaut la peine.

La frontière belgo-luxembourgeoise

Une des frontières du Luxembourg donne du côté Sud de la Belgique, près d’Arlon. À 10 minutes de là, le petit village d’Oberpallen propose de multiples stations pour remettre du carburant dans votre véhicule… ainsi qu’un shopping centre particulier, le Pall Center. Dans ce bâtiment, en plus d’avoir accès aux denrées habituelles (N.B.: le rayon bio y est aussi bien rempli que celui des magasins bio locaux), vous pouvez trouver des idées de décoration et des compositions florales inspirantes. Il y a aussi l’Orangerie pour boire et manger un petit quelque chose. Mais le must, si vous souhaitez vous sentir « classy », c’est le Chill & Eat à l’étage. Vous pourrez y boire des thés maison délicieux, mais aussi du café, des jus, du vin, etc.