Stress, doutes, hauts et bas. Après les études, sachez que c’est la même chose !

Vous êtes encore aux études et vous avez hâtes de finir et de passer à autres choses ? Imaginez-vous votre vie remplie par votre chez-vous, votre boulot, votre partenaire de vie et c’est tout ? Pensez-vous que le stress, les doutes, les hauts et les bas que l’on traverse tous lors des études s’arrêtent avec les études ? Vous ne pourriez pas vous tromper davantage !

Croyez-moi, je sais de quoi je parle. Cela fait maintenant 3 ans que je suis diplômée. J’ai rêvé de ces moments où j’aurais le temps de me lever tôt et de bonne humeur pour prendre un petit déjeuner consistant avant d’aller au bureau avec, dans mon sac, le dîner que j’ai préparé la veille. J’ai imaginé des bureaux tous remplis au début, pleins de gens de tous âges. J’ai imaginé qu’après le boulot, j’aurais toujours du temps pour faire du sport, voir mes amis, vaquer à mes occupations favorites.

Sauf que ça ne s’est pas passé comme ça. D’abord, trouver du boulot n’est pas si simple de nos jours (peu de budget ou de formateur, beaucoup d’expérience requise, etc.). Ensuite, Avoir son petit chez-soi, sa routine de sport/méditation et ajouter des hobbies… c’est aussi facile à faire que pendant les études, c’est-à-dire que vous aurez toujours des moments où le boulot passera avant le reste, que les amis auront déserté la région de votre (lointaine) habitation familiale et/ou que vous serez probablement trop fauchés pour payer des sorties et hobbies… Donc prévoyez déjà d’être imaginatif !

Une petite série en illustration ? Friends. D’ailleurs, le générique commence littéralement par « Tu vois, personne ne t’a dit que la vie serait comme ça… »

See no one told you life was going to be this way…!

~ Friends

No one told you life was going to be this way

La différence entre les études et le travail ?

Vous vous dites peut-être : « Plus de tests, plus de travaux à remettre, plus de deadlines après les études ! » ? Faux !
Je ne parle pas nécessairement de tous les jobs. Il faut bien se dire que je ne suis qu’un humain et que je ne peux imaginer toutes les situations possibles pour tous les jobs. Mais, d’après mon expérience et mes conversations variées, voici ce que j’ai remarqué : il y aura toujours des tests, toujours des documents à remettre, toujours des choses à faire avant une certaine date, toujours du rush, toujours du stress, toujours du challenge, toujours des choses à apprendre… et souvent par soi-même !


Si vous êtes chanceux et/ou que vous avez choisi un secteur professionnel qui correspond à ce que la société en général considère comme « utile » (banques, informatique, etc.), il est très probable que vous soyez une des rares personnes qui aient droit à un superviseur, manager, mentor. Peut-être ne l’aimez-vous pas. Peut-être est-ce une personne condescendante et arrogante. Peut-être n’est-il/elle jamais content(e) de votre travail… MAIS, au moins, vous ne devez pas apprendre toute une série de choses tout seul. Petite parenthèse pour ceux qui pourraient déjà savoir ce que leur superviseur veut leur faire faire : je compatis (et n’hésitez pas à partager vos histoires en commentaires !).

2017-10-08 12.47.40

Bref, la vie après les études, ce n’est pas si marrant…

Si vous n’avez pas aimé vos études, je n’ose même pas imaginer vos émotions concernant votre job.


Tout dépend du point de vue, c’est sûr. Après tout, qu’est-ce qui est fun à se lancer dans la vie active ?

  • On gagne notre propre argent de poche (et on le dépense comme on le souhaite).
  • On a de bonnes raisons de se bouger : le loyer, ça ne se paye pas en faisant des yeux doux à quelqu’un.
  • On peut enfin être quelqu’un d’important à nos propres yeux.
  • Ce qu’on apprend est mis en pratique et généralement utilisé régulièrement, donc on est vite rôdé.

Voici une chanson de Paramore pour aller avec cette liste : https://www.youtube.com/watch?v=EFEmTsfFL5A.

Ain’t it fun living in the real world?!

~ Paramore

Soyons clairs, je ne dis pas ça pour vous déprimer… juste pour casser vos illusions. La pression sociale du style études –> boulot –> maison, c’est un schéma trop simpliste qui ne souligne ni l’importance de bien se préparer, ni l’importance de faire de bons choix, sans parler des nuances incroyables qu’il peut y avoir selon que vous êtes une personne chanceuse ou pas.

Donc, honnêtement, avoir un job après les études c’est génial. L’être humain a besoin de se sentir utile et défié. Si ce n’est pas le cas pour vous, c’est que vous avez besoin de sortir de votre bulle de pourri-gâté (je rigole !).
Confessions :

La situation économique actuelle est tellement réduite aux métiers « utiles » à la société, que trouver un job spécifique n’est pas facile. Personnellement, je me suis spécialisée en anthropologie pour me démarquer de mes camarades de classe archéologues… Sauf que quand personne ne voit l’intérêt d’embaucher quelqu’un à temps plein pour remplir votre rôle, vous pouvez être qualifié autant que vous voulez, le poste n’est pas ouvert, il n’est pas ouvert.

Alors, qu’ai-je fait dans cette situation ? J’ai appris à apprivoiser mes peurs et mes doutes. J’ai appris à me focaliser sur ma motivation et ce que je veux vraiment. Mon petit côté fainéante me fait parfois douter sur ma volonté d’obtenir un job à temps plein, je reste humaine. Pour l’apprivoiser, je me suis lancée en consultante freelance et j’ai proposé mes services à quelques archéologues. Évidemment, le tout est de parvenir à être présent au bon moment ! Quand l’opportunité s’est présentée, j’ai pu leur montrer qu’il était intéressant de me connaître et de me payer. Maintenant, j’ai au moins deux archéologues sur quelques dizaines qui savent ce que je vaux et font appel à moi régulièrement.


Mais entre ces missions, que faire pour garder la motivation ? Écrire des articles et faire des sites web, ça n’a pas l’air de toucher un large public… mais ça a le mérite de m’entraîner à comprendre, créer et bien gérer des sites web et réseaux sociaux. Bien entendu, petite tête bleue fait encore des erreurs. Et, comme toujours, sans mentor, on ne sait pas toujours s’améliorer rapidement. C’est lorsque l’on se rend compte qu‘on n’est pas seuls, qu’il y a d’autres personnes qui sont passées par là et qui partagent leur expérience, que l’on se sent mieux. Je me suis mise à lire des tonnes d’articles en anglais et en français sur les meilleures façons de s’améliorer, se rendre plus performant et productif, éviter la procrastination et les coups de mous et surtout se lancer dans ce que l’on souhaite vraiment.

Le résultat est que je me suis rendue compte que j’adore aider les autres et que j’adore écrire. Les sites web et réseaux sociaux sont ma plaine de jeux. Illustrator, Photoshop, Indesign et Canva sont mes amis. En me rendant compte que tout le monde n’était pas comme ça, je me suis mise à proposer des services de marketing en ligne et de création de site web afin d’aider les gens à s’en sortir. Comme tout, cela prend du temps. Il y a des hauts et des bas. Il y a toujours des gens motivés qui perdent motivation et laissent tomber ce que vous leur proposer. Il y a toujours des gens qui ne communiquent pas et ne savent même pas exactement profondément ce qu’ils veulent. Le tout est d’apprendre à garder le contact avec les gens et se montrer présent quand ils en ont besoin.


Conseils : lancement de carrière 

En fait, avec le recul, on apprend à savoir ce qui est important dans la vie et on se lance quand on se sent prêt. C’est ça la clé pour avancer après les études.

Mais il ne faut pas nier pour autant ce qui s’est passé dans vos études. Tous les événements ont constitué un entraînement pour vous. Ils vous ont préparé à survivre et bien gérer le stress quotidien, le rush, les deadlines annuelles, etc.

Gardez seulement ceci en tête : si vous pensez que vous pouvez parvenir à vos fins, branchez vous seulement sur ce canal-là. Vous connaissez les doutes, ils ne sont pas sympas, ils existent, c’est normal mais vous n’avez pas besoin de les écouter.

En bref :

  • Entourez-vous de gens motivés.
  • Lisez des articles et regardez des films inspirants.
  • Définissez vos qualités et vos défauts. Trouvez des parades pour gérer les bas et remonter le plus facilement.
  • Profitez de vos études pour vous entraîner. Apprenez à avancer selon vos capacités et vos atouts.
  • Développez autant que possible vos compétences et dons. TOUT pourra vous servir pour avancer vers vos buts, not. au niveau carrière.
  • Rappelez-vous que vous avez des besoins et que vous irez toujours plus loin en les prenant en compte. Prenez soin de vous.

 

Quelques mots de sagesse sur l’amour

L’année dernière était pour moi un challenge énorme au niveau amoureux. L’instabilité et la remise en question ont été fort régulières sur ce point. À la fin de l’année, je suis arrivée à quelques conclusions à ce sujet. Beaucoup de conversations avec ma famille et mes amis l’ont montré : j’ai passé cette épreuve d’interrogation sur l’amour grâce à quelques mots simples qui résonnaient en moi. Je vous partage ces mots de sagesse en espérant que ça touchera et aidera certains d’entre vous.

Love's just a feeling

« Love’s just a feeling. Don’t overthink it. »
L’amour est juste un sentiment. N’y pense pas trop.

Extrait de Love’s just a feeling par Lindsey Stirling

Ces mots de sagesse – issus d’une chanson jouée par Lindsey Stirling – suggèrent un lâcher prise en amour.

sunset love

Si je vous le partage aujourd’hui c’est parce que je suis une de ces reines romantiques qui overthink beaucoup trop facilement l’amour (#fleurbleue). Mais soyons clairs : c’est normal. Nous sommes dans une société où l’on nous donne constamment un but et un espoir en amour.
D’ailleurs les célibataires sont souvent vus avec pitié ! Or, l’expérience m’a montré maintes fois que savoir être seul(e) et se sentir à l’aise ainsi est indispensable si l’on veut se lancer dans une relation de couple durable… sinon, on risque de surcompenser sur l’autre. Ce type de surcompensation peut paraître anodine comme ça. Et certain(e)s prétendent même gérer cela. Mais au bout d’un moment, cela pèse et pète…


L’amour… grosse illusion ?!

J’avoue, c’est une épreuve agaçante que de comprendre que le beau tableau de l’amour n’existe pas comme on nous le promet. Il ne reste pas forcément fidèle. Elle ne reste pas forcément envers et contre tout. Et vice versa.
Il est évident que dans la requête que nos proches et amis nous font généralement quand ils s’enquièrent de notre statut amoureux, une belle et grosse ellipse est faite. Cette ellipse est tellement peu formulée, que ce soit verbalement ou implicitement dans les contes de fée et films de divertissement que l’on nous offre au quotidien, que beaucoup ne se sont pas rendus compte de l’existence d’une condition sine qua non à toute « mission de trouver un amoureux/se ».


La pression sociale

Parce que c’est ce qui est généralement impliqué dans les « et alors, quand est-ce que tu nous ramènes un(e) petit(e) copain/copine ? ». Enfin j’exagère un peu, ce n’est pas une mission que l’on nous propose implicitement. C’est peut-être un devoir. Un devoir qui poussent les gens, si on ne le remplit pas, à nous regarder avec tristesse, voire questionnement.

« Quand va-t-il passer à l’étape suivante de sa vie ? Après les études, on trouve un(e) mari/femme et on fonde une famille. »

forever

Les critiques peuvent aller jusqu’à questionner les préférences intimes de la personne concernée : « Serait-elle lesbienne ? » / « Serait-il gay ? »…avec toutes les réflexions de réactions appropriées à ce sujet.

Sans partir dans le débat qui explique pourquoi les gens s’intéressent aux autres de cette façon et sont curieux à ce point (ma théorie actuelle est qu‘ils s’ennuient…! xD), il faut le dire, ça ne regarde personne.

Toutefois, il faut bien reconnaître que beaucoup de gens souhaitent pour les autres le bonheur tel qu’ils le conçoivent… souvent, on considère une seule façon possible pour être heureux : en amour… Vieille tradition ou vieux paradigme qui ne me plaît guère personnellement, je l’avoue, même si je comprends ce qui peut paraître en partie derrière.

love laugh

Êtes-vous vraiment bien dans votre relation ?

Bref, avec cette pression sociale, on se retrouve vite à vouloir trouver l’amour, voire à croire à l’amour vite et bien, le beau et le romantique, le parfait et le parfumé.
Sachez que si vous trouvez un tel amour, il est probable que vous soyez précisément en train de vous nier tous les inconvénients et aspects négatifs de la relation.
Rassurez-vous, il n’y a pas besoin de changer de relation dès qu’on trouve des inconvénients. Il y en aura toujours. Le tout est de voir jusqu’où vous êtes prêts à les accepter… tout en respectant la loi de l’univers qui vous demande de vous respecter vous-même…! Autrement dit, n’acceptez pas ce qui vous empêche de vivre.

Maintenant, pour rebondir sur le conseil de sagesse de cette chanson, j’aimerais vous donner mon point de vue sur le questionnement « êtes-vous sûr(e) que vous avez trouvé l’amour de votre vie ? ».
D’après ce que j’ai observé, lu et testé, il n’y a pas un seul amour pour votre vie. Nous sommes des êtres humains, par définition changeants. Nous évoluons avec le temps et les obstacles. Nous nous adaptons, laissons tomber des comportements, récupérons des nouveaux. Constamment. C’est ce qui fait la richesse de notre vie sur terre.

La bonne nouvelle est qu’il y aura toujours au moins une personne sur terre qui vous conviendra pour marcher à vos côtés sur le chemin de votre vie. Il y aura toujours des gens que vous souhaiteriez croiser mais dont le chemin ne fait que se rapprocher légèrement pour un temps. Il y aura toujours une personne ou l’autre qui agira davantage comme un partenaire dans votre vie et vous aidera à traverser des épreuves plus difficiles. Il y a donc plusieurs personnes dans votre vie qui peuvent être considérées comme l’amour de votre vie.

Albert & Alegra
Alegra Cole & Albert Brennaman (Hitch) illustre très bien l’importance de se sentir bien avec quelqu’un et d’être accepté tel qu’on est : un être humain.

Un(e) partenaire de vie

Le concept de partenaire de vie est ce que j’ai trouvé de mieux pour tempérer mon côté romantique qui essaye de définir si j’ai vraiment trouver l’homme de ma vie… Vu qu’il semblerait que ce côté et ce questionnement soit bien ancrés dans ma nature, il me fallait une solution. Et voici la mienne. Peut-être qu’elle sera utile à certains d’entre vous aussi.

Un partenaire de vie est une personne qui vous comprend le plus possible (pas à 100%, restons réaliste) et qui vous accepte tel que vous êtes, surtout pour les parties qu’il/elle ne comprend pas vraiment. Il est aisé d’avoir l’impression d’être compris par quelqu’un… mais seul le temps vous montrera si la personne vous comprend réellement ou si elle vous applique des modèles interprétatifs parce que vous ne correspondez pas à ce qu’elle a pu croiser dans sa vie. Très franchement, je vous conseille d’éviter de passer trop de temps avec les gens qui vous interprètent et qui ne vous comprennent pas réellement, parce que ça ne profite à personne, ni à vous ni à eux.

L’acceptation d’une personne est souvent confirmée quand on se sent à l’aise presque à 100%, sans prendre en compte les petites choses sur lesquelles nous pouvons complexer ou que nous ne souhaitons juste pas partager avec le monde entier.
Si vous adorez passer du temps avec une personne qui vous comprend et vous accepte, il est possible que cette personne soit un bon partenaire de vie pour vous.

Alex & Sara
Si vous avez vu le film Hitch, vous penserez naturellement à Alex qui ne cesse de gaffer dans ses rendez-vous avec Sara… Pourquoi reste-t-elle ? Parce qu’il est vrai et qu’elle a l’occasion de voir sa vulnérabilité…

Il est donc presque indispensable d’être ami(e) avec une personne pendant un certain temps avant d’envisager de construire un couple avec cette personne, même si les sentiments sont forts dès le début. D’ailleurs, c’est souvent le cas quand on rencontre une personne avec qui on se sent en phase, à l’aise et compris(e)… mais je conseille vraiment de laisser un peu de temps avant de se laisser voguer sur la vague de l’amour directement dès l’apparition de ces sentiments.

Je ne sais pas si c’est juste pour les personnes qui ont un grand cœur, mais s’emballer n’est généralement pas idéal parce qu’on a tendance à fermer les yeux sur des choses gênantes et des problèmes qui pourraient apparaître une fois la relation établie et moins rose… Croyez-moi, même quand on pense connaître quelqu’un par cœur, on a toujours des surprises. Mais la meilleure façon d’éviter de s’emballer dans des histoires romantiques déchirantes (ça a son attrait, certes, mais à un moment ça fait mal, donc autant jouer la carte de la méfiance), c’est d’appliquer le test du temps en tant qu’ami(e)s. Et oubliez les histoires de friendzone, c’est un concept inventé pour expliquer le fait qu’on ne correspond pas au profil du partenaire de vie et qui ne se base sur rien de précis.

J’irais même jusqu’à dire que vous aurez plus facile à construire une vraie relation de couple (avec les disputes, coups de gueule, délires et activités communes) avec un(e) ami(e) qu’avec un(e) inconnu(e). En connaissance de cause, vous saurez si votre ami(e) sera là pour vous quand vous en aurez besoin. Vous serez déjà au courant d’une partie de ses défauts et de ses qualités… Vous saurez déjà si vous devrez le convertir à votre passion ou si vous partagez déjà pleins de choses dans vos vies.

luke et lorelai
Pour ceux qui ne connaissent pas, Luke et Lorelai étaient amis pendant 8 ans avant d’essayer de sortir ensemble.

En résumé, si vous voulez vous sentir bien en amour :

  • Lâchez prise et ignorez les requêtes de votre entourage quant vos histoires amoureuses, oubliez la pression sociale au maximum.
  • Veillez à vous sentir bien avec vous-même tout d’abord, sachez qui vous êtes et fixez-vous un but dans la vie qui vous donne envie de vivre, même seul(e) …ou vous risquerez de prendre l’autre pour échappatoire, surcompensation et de le/la perdre avec le temps… (les projets en commun sont quand même indiqués pour faire avancer un couple dans la même direction).
  • Entretenez vos liens d’amitié et gardez particulièrement les personnes qui vous comprennent, vous acceptent et avec qui vous êtes à l’aise.
  • Si le cœur vous en dit, choisissez votre partenaire de vie parmi ces personnes pour vivre l’amour, vous vivrez une expérience tout à fait différente de ce que vous aurez pu imaginer et c’est tout à fait fantastique.
grateful.jpeg

En vous souhaitant une merveilleuse vie ! 🙂

Les 5 accords toltèques

Connaissez-vous les « Accords Toltèques » ? Ce sont des règles de conduite qui permettent de régler et limiter les conflits. Les mettre en application n’est pas une mince affaire, évidemment. Mais si vous vous efforcez à les suivre le plus possible, vous pourrez observer des changements dans votre vie. Croyez-moi, je les suis depuis plus de 10 ans et ça marche !

Voici les Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz :

  1. Que ta parole soit impeccable !
  2. Ne prends rien personnellement !
  3. Ne fais aucune supposition !
  4. Fais toujours de ton mieux !
  5. Sois sceptique mais apprends à écouter !

Au début, il y en avait que quatre. Dernièrement, un cinquième a été publié. Vous pouvez trouver la version originale des livres ici : http://www.miguelruiz.com/books/.

Mais qu’est-ce que ces « accords » veulent vraiment dire ?

Faites attention à vos mots !

L’univers est votre propre police. Tout ce que vous dites pourra revenir contre vous. Ne prononcez aucun mot que vous ne puissiez assumer. Le mieux est même de se concentrer sur un parler respectueux. Cela vous apportera du respect et des réactions positives. Une attitude compatissante et des mots simples vous apporteront toujours plus de compassion, de sympathie et de respect.Soyez tout de même justes dans vos propos. Car être trop gentil ne vous fera pas du bien, et être hypocrite vous reviendra dans la figure, tôt ou tard.Les mots que vous prononcez, même énervés, vous reviennent. Vous attirez ce que vous prononcez. L’univers fonctionne d’après cette « loi de l’attraction« . Si vous souhaitez attirer des problèmes, du malheur, la maladie ou de la « merde », vos jurons et gros mots vous y mèneront facilement. Mais ne gardez pas forcément votre énervement pour vous. Soyez créatifs. Prenez l’exemple du Capitaine Haddock et de ses nombreux jurons. Je ne sais pas vous, mais attirer des cornichons, coléoptères, des bachi-bouzouk ou des moules à gaufres, cela me plaît plutôt plus que des merdes.
Voici mes ‘gros mots’ favoris du moment : « nom d’un p’tit Schtroumpf » et  « colchique dans les prés ».

Lâchez prise et élargissez votre point de vue !

À chaque action ou parole qui pourrait vous blesser, prenez du recul. Dites-vous que cela n’est pas directement dirigé vers vous.Même lorsque quelqu’un vous critique. Car, en vérité, c’est lui/elle-même que cette personne critique : souvent quand on ne voit pas quelque chose qui nous gêne chez nous-même (par exemple, une apparence ou un façon de parler), on le voit plus fort chez les autres et cela nous pousse à la critique.Quelqu’un d’énervé, nous le savons, risque toujours de lâcher sa colère sur quelqu’un d’innocent. Si cette personne n’est pas bien dans sa vie (stress professionnel ou privé), il pourra vous en vouloir pour une broutille !
Et cela vaut pour toutes les attitudes !

Vous savez ce que j’ai remarqué personnellement ? Les gens que l’on trouve arrogants et imbus de leur personne, en réalité, manquent de confiance en eux, se sentent inférieurs à vous, ont l’impression qu’ils ne sont pas reconnus pour ce qu’ils valent et/ou se sentent attaqués personnellement…! Gardez cela en tête et n’hésitez pas à leur dire ce que vous pensez d’eux. Cela peut les apaiser, au moins vis-à-vis de vous.

Ne prenez pas une supposition ou une interprétation pour affirmation.

Posez des questions à votre interlocuteur et vérifiez.
Les malentendus, quiproquos et la plupart des conflits interpersonnels viennent d’un problème de communication : soit que les gens ont mal interprétés ce que vous avez dit, soit que des choses n’ont pas été dites. Voilà une autre raison pour prêter attention à vos paroles.

Vous n’êtes pas parfaits, vous êtes humains. Faites de votre mieux et soyez-en satisfaits.

Cherchez toujours à vous améliorer. Il ne sert à rien de vous jeter la pierre pour quelque chose que vous faites mal. Utilisez plutôt cette énergie pour faire les efforts qui vous paraissent adéquats, importants et dans vos cordes pour vous améliorer. Vous vous sentirez mieux et avancerez même plus vite vers vos buts.

Ne croyez pas tout, mais écoutez

L’attitude du sceptique est celle qui vous protégera le plus des affirmations fausses (et cie). Mais restez ouverts, cherchez à comprendre et, pour cela, écoutez. Vous apprendrez davantage en agissant de la sorte. En croyant tout ce qu’on vous dit d’emblée, vous pourriez passer complètement à côté de la vérité… et même vous faire manipuler. Être sceptique vous pousse à chercher plus loin que ce que l’on vous dit, tout en laissant les autres s’exprimer. Vous n’avez pas besoin de rejeter tout ce que l’on vous dit. Vous pourrez davantage vous faire votre propre opinion en écoutant tout ce qu’on a à vous dire.
C’est un exercice intéressant face aux médias : tout n’est pas toujours vrai ou complet… les journalistes aussi sont humains.


Vous cherchez les références des livres sur les Accords Toltèques de Miguel Ruiz ? Il y a toute la liste ici 🙂

Les 5 étapes essentielles vers une meilleure vie

Connaissez-vous les points les plus importants à suivre pour avoir une vie au top ? Savez-vous qu’il y a des étapes essentielles et actions indispensables pour obtenir la vie de vos rêves ? Voici quelques conseils bien adéquats à mettre en pratique.

1. Organisez votre vie aux niveaux de votre :

*Environnement : trier, ranger, organiser votre espace et nettoyer régulièrement.

Si vous vivez dans un endroit bien rangé et propre, vous serez plus facilement de meilleure humeur ! Prenez le temps dont vous avez besoin pour vous sentir bien chez vous : organiser votre espace de façon à ce que vous puissiez ranger et nettoyer régulièrement et rapidement. Il faut qu’il ne reste aucun tas à trier !
Votre espace de vie peut vivre… si c’est bien organisé, vous ne perdrez pas trop d’énergie à ranger ou nettoyer.

*Finances :

Organiser vos finances, c’est définir vos rentrées d’argent et vos dépenses, ménager des espaces pour vos factures et documents administratifs (fardes, par exemple) dans votre bureau, prévoir les sorties, préparer la vérification et le paiement des factures au moment adéquat pour vous. Une fois que tout ça est mis en place, les factures perdues/impayées et les dettes disparaîtront.
Pour la santé de vos finances, vous avez besoin de savoir si vous vivez dans vos moyens… et si ce n’est pas le cas, de trouver des solutions pour que ce soit le cas.

*Relations : familiales, amicales ou professionnelles…

Réservez du temps de qualité pour les gens que vous portez dans votre cœur. Prévoyez des soirées avec votre partenaire de vie, vos enfants, vos amis, votre famille. Organiser ses relations, ça inclut aussi de laisser tomber les relations toxiques… vous savez, ces gens qui vous prennent votre énergie… Si vous êtes vidés/fatigués/sur les nerfs/etc. après une conversation normale avec quelqu’un, cela veut juste dire qu’il y a antipathie et que vous avez peut-être même besoin de ne plus voir cette personne pour être bien.

*Santé : oui, la santé, ça s’organise.

De quoi avez-vous besoin dans votre vie pour être en bonne santé. Vos médicaments ou nutriments sont-ils tous dans une armoire ? ou pêle-mêle dans plusieurs armoires ? Pour vivre sainement, vous savez que vous devez manger d’une certaine façon ? Alors vous savez que vous avez besoin d’une organisation, qu’il s’agisse de rappels pour prendre un cachet, de préparer des menus de la semaine ou de faire la liste des aliments qu’il n’y a plus dans votre placard avant de faire les courses.
Si vous avez besoin de faire du sport régulièrement pour votre santé, organisez-vous aussi pour prendre ce temps.

*Énergie spirituelle :

Définissez des moments pour vous sentir bien (méditer, prier, parler aux arbres, etc.) et déterminez votre sens de vie.
Si vous n’avez pas de sens à votre vie, il y a 80% de chance que vous la subissiez plutôt que de la vivre pleinement… ce qui veut dire que vous pouvez vous sentir mieux à la fin de chaque journée si vous gardez votre sens de vie en tête.

*Temps : organiser votre temps, c’est prévoir les choses que vous avez à faire et choisir les priorités à faire par jour.

Si votre temps est bien organisé, vous abattrez plus de boulot que si vous travaillez simplement selon votre to-do liste en remettant la suite de la liste au lendemain (c’est limite de la procrastination, ça…!). En prenant le facteur « temps » en compte, vous jouez avec votre adrénaline pour être plus efficace dans chaque tâche.


Concrètement, vous le savez, vous êtes plus rapides quand vous avez en tête toutes les choses que vous comptez faire sur la journée. Si on vous donne une tâche et qu’à la fin de chaque tâche, vous recevez une autre, instinctivement vous serez plus lent.  Vous le savez, tout est lié. Mais vous avez besoin d’organisation dans votre vie pour vous focaliser sur le reste.

Une fois que vous avez des systèmes efficaces et bien organisés, vous serez plus efficaces dans tout. Mais vous avez besoin de prendre le temps de vous organiser d’abord. Sans cela, les imprévus iront sur la pile des autres choses à faire et vous n’aurez probablement jamais le temps de vous mettre à régler ces choses.


où allez-vous comme ça dans votre vie

2. Définissez et investissez dans votre futur :

Quelle vie voulez-vous vivre ?
Quels sont vos objectifs dans votre vie ?
Pourquoi ? Quel est le sens profond de ces choix/désirs à vos yeux ?
Puis, comment allez-vous les manifester et agir ?

Confession en exemple : Je veux vivre une vie pleine de sens, de découvertes et d’émerveillement. Je veux pouvoir subvenir à mes besoins financièrement et je veux travailler dans quelque chose qui a du sens pour moi. J’ai toujours voulu être écrivaine mais ne savait pas sur quoi écrire. J’écris des articles sur ce blog et je crée des sites web parce que ça me challenge et que j’apprécie la tranquillité du virtuel. Je partage dans ce blog des choses que j’apprécie dans la vie et des conseils que je donne à mes amis… en me disant que ça pourrait aider des gens, répondre à des questionnements, etc. Je suis idéaliste et je souhaite aider le monde entier à aller mieux. Je suis convaincue que c’est en lançant des sourires que l’on peut améliorer le monde en commençant par mettre les gens que l’on croise de bonne humeur. Je pense que ces petites graines que je sème dans mes blogs pourront toujours aider d’autres à se sentir mieux. Et ça me fait me sentir bien. Mais pour être vue et lue en ligne, je dois avoir un rendement régulier d’articles dans lesquels je crois et qui plaisent. Ce défi me plaît et chaque jour, j’ai de nouvelles idées d’articles à partager avec vous.

3. Déterminez des paramètres pour suivre votre évolution vers vos objectifs de vie.

Par exemple, si vous voulez manger plus sain, observez vos repas et les proportions de nourritures saines que vous augmentez petit à petit dans vos menus.
Dans mon exemple, c’est la satisfaction que je retire personnellement de mes articles et le nombre de réactions qui me servent de paramètres.
Si votre objectif de vie est de bien éduquer vos enfants, vos paramètres sont leurs paroles et actions.
Si votre objectif de vie est d’avoir une chouette maison avec la personne que vous aimez ou de découvrir le monde, devinez quels paramètres vous pouvez déterminer pour voir votre avancée.

la nature est le meilleur endroit pour méditer

4. Méditez pour réduire le bruit de vos pensées, prier, écouter de la musique inspirante…

Ménagez-vous ce temps pour vous-mêmes.

5. Avancez vers vos buts chaque jour (pour éviter la procrastination) :

Commencez par les « plus difficiles » choses nécessaires, une étape à la fois.


Il y a un article bien plus détaillé là-dessus sur Medium par Ben Hardy.

Pourquoi voyager seul(e) est important ?

Il y a quelques temps je me suis remémoré de bons (et moins bons xD) souvenirs de voyages pour expliquer à Hostelworld sur Twitter comment voyager seule a changé ma vie.
Plusieurs de mes amis m’ont confié ne pas être à l’aise avec l’idée de voyager seul(e). Souvent, ils cherchent quelqu’un avec qui faire ces voyages dont ils rêvent. J’en profite donc pour partager mes expériences et tenter de montrer que voyager seul(e) est une opportunité rare de la vie qu’il faut saisir sans attendre, surtout lorsque l’on ne se connaît pas très bien.

Pourquoi est-il bon de se perdre ?

Pour mieux vous connaître !

Il y a plusieurs façons de réagir quand on se perd :

  • Paniquer, laisser place au désespoir. C’est une réaction humaine simple qui arrive surtout les premières fois où l’on se retrouve seul(e) et perdu(e).
  • Demander son chemin à un passant, si on ose… l’ego et la fierté peuvent être gênants pour ça.
  • Continuer à se balader en espérant que son instinct va trouver une solution.
  • Essayer d’identifier une direction suffisamment peuplée et trouver éventuellement des panneaux de signalisation qui vous disent quelque chose. Cette stratégie peut vous amener à suivre des gens, en espérant qu’ils ne rentrent pas chez eux et qu’ils ne vous remarqueront pas. Cela peut vous mener à vous éloigner de votre but, mais pas toujours.
  • etc.

Personnellement, j’ai tendance à mélanger les stratégies « instinct » et « réflexion d’après les gens que je croise ». Je finis toujours par retrouver mon chemin. 

Voyager solo m’a fait réaliser à quel point je n’aime pas demander de l’aide à n’importe qui, surtout tant que je crois que je peux gérer moi-même. C’est un trait de ma personnalité que je sais mettre entre parenthèses si nécessaire depuis que je me suis rendue compte que je fonctionnais comme ça.

Et vous, que faites-vous quand vous vous perdez ?

Se perdre est quasi inévitable en voyage, ne fut-ce que pour quelques brefs instants. Si vous ne vous êtes jamais perdu(e)s, vous êtes probablement passés à côté de quelque chose ! Cette étape est importante car :

  • elle défie votre égo, 
  • vous sort de votre zone de confort et
  • vous pousse à prendre des mesures pour vous rassurer.

Quelle est VOTRE façon de gérer les « situations-problèmes » ?

À force de devoir résoudre des situations vous-mêmes, vous êtes sûrs d’en apprendre plus sur vous, vous améliorez et prendre peu à peu confiance en vous.


Apprendre à oser

Lors de tous vos voyages, même accompagnés, vous vous retrouvez à devoir oser plus qu’au quotidien.

Oser
, c’est faire preuve d’adaptabilité et se permettre de résoudre des problèmes ou des questions parfois plus vite que d’accoutumée. 

En plus, oser, c’est comme se perdre : au final, vous pouvez découvrir des endroits insolites, pittoresques et inconnus. Vous pouvez prendre conscience de ce qui existe en dehors de votre zone de confort (hébergement, activités habitudelles, etc.) et résoudre des « mystères ».


Apprendre à mieux se connaître en solo

Voyager n’est pas toujours reposant. C’est même stressant d’une certaine façon : être à l’heure pour prendre l’avion ou le train, passer la sécurité, trouver quelque chose à manger à l’heure où les restaurants ou magasins sont ouverts, trouver son hôtel, s’y retrouver dans les transports en commun ou trouver un moyen d’expliquer où on veut aller à un conducteur de taxi…

Ces petits stress ne sont pas très différents de ceux que nous expérimentons au quotidien…! Pourtant, ils en effrayent plus d’un. Et cela effraye d’autant plus quand on est seul(e)… Pourquoi ? Bien souvent, les personnes qui n’aiment pas voyager seules ont déjà du mal à rester seules dans leur vie.

D’après mon expérience, apprendre à vivre avec soi est hyper important, avant de construire quoique ce soit. Les voyages en solo peuvent fournir de grandes opportunités pour apprendre à mieux se connaître.

Une des clés dans cet apprentissage de vous-même est d’être particulièrement gentil avec vous-même ! Vous êtes coincés dans le voyage de la vie avec vous-même, il n’y a aucune raison de vous punir et vous torturer pour des choses que vous ne faites pas bien durant toute cette vie. Si vous voyez ce que vous faites mal, c’est déjà très bien. Profitez-en pour aller de l’avant. Si vous savez changer les choses qui vous font vous critiquez, changez-les. Si vous ne savez pas les changer, acceptez-les. Et aller de l’avant.

C’est la même chose pour les voyages. Chacun de vos actes peut être une bénédiction qui va vous dire « cool, tu gères » ou « mais qu’est-ce que tu fous, t’as raté sur ce point-là ». Dans les deux cas, ce sont des bénédictions car cela vous permet d’avancer et de vous prouver à vous-mêmes que vous êtes quelqu’un avec qui cela vaut la peine de prendre du temps pour vous faire plaisir et voyager. Car, dans les deux cas, vous vous approchez de l’efficacité et du bien-être…

Chercher à se sentir bien en toutes circonstances

À ce propos, il est très important de porter son attention sur tout ce qui peut vous faire plaisir, vous mettre à l’aise.

Exemple :

À mon arrivée à Porto, juste en sortant du métro qui m’a emmené depuis l’aéroport jusqu’au « centre-ville », je me suis perdue, j’avais chaud et faim… Que des raisons pour ne pas être à l’aise. Et pourtant, la première solution était simple, vu que je me baladais avec mon sac sur le dos. Je me suis changée devant une église, quelque peu cachée par des arbres. 

L’étape suivante était de retrouver plus ou moins son chemin, incluant la gare et un resto. 

Autant être habillée de façon appropriée si c’est pour se balader à travers la ville pour chercher à manger… en partant d’un point où on ne sait pas où on est.

J’ajoute, en parlant de nourriture, que mon régime alimentaire (sans gluten et sans lait animal) est un choix que je maintiens depuis 10 ans. Je connais beaucoup de gens dans le même cas (intolérants à certains aliments) qui ont tendance à oublier leur choix alimentaires lorsqu’ils sont en voyage. La « facilité » apparente de ce choix est généralement subi par après et terni les expériences qui suivent. 


Pour moi, ce n’est pas une bonne idée de laisser tomber mes choix en matière de nourriture quand je voyage, et ce pour deux raisons. La première est que je suis du coup sujette à beaucoup d’émotions irrationnelles et exagérées suite au repas de « craquage ». La seconde est que, par expérience, je peux vous assurer que peu importe où je vais, je trouve toujours quelque chose que je peux manger. 

En plus de mieux savoir comment je fonctionne en situation problématique, je me suis prouvé à moi-même que je sais me fournir le confort dont j’ai besoin au moment où j’en ai besoin…

J’ai appris à voir ce qui est bien ailleurs et, à mon retour, ce qui est bien chez nous aussi. J’ai appris à le dire aux gens quand je trouve que ce qu’ils font est vraiment chouette et bien pensé, même si je n’achète pas précisément leurs produits (pour des raisons personnelles).

Donc, le tout est de savoir s’adapter pour les bonnes choses et de prêter attention à son confort quand on voyage seul(e).
Astuce toute bête : se changer quand on arrive à l’aéroport. Surtout quand c’est l’été, qu’il fait chaud dehors et que votre destination ne sera probablement pas aussi chaude au milieu de la nuit (selon votre heure d’atterissage). Logique, d’après vous ? Très bien. Mais sachez que d’après ce que j’ai vu, il n’y a pas tant que ça de gens qui prennent le temps de se changer à l’aéroport. 


Au retour, je me suis sentie plus ouverte et motivée à communiquer avec les gens.


 
Bref, je vous conseille les voyages solo. C’est vraiment une expérience bénéfique. Cela vous apportera toujours beaucoup !

Quelques livres à lire pour vous motiver ou vous accompagner dans votre voyage en solo ? C’est par ici ^^

Pourquoi j’achète parfois des fringues et chaussures de princesses ?

J’aime bien me sentir belle et féminine (c’est-à-dire forte, stylée et « puissante »). Mon arme ? Des vêtements et chaussures « de princesses »  que je ne porte pas tous les jours… mais n’importe quel jour. D’humeur coquette, je peux enfiler une robe de bal, une jupe à paillettes ou mettre des chaussures à talons. Juste comme ça, parce que j’en ai envie. Je les ai achetées pour ça.

Mon proverbe en la matière :

Il n’y a pas de raison d’attendre bêtement une occasion spéciale particulière pour porter de beaux vêtements. Tous les jours peuvent être des jours de fêtes ! 

Enfin c’est mon avis. Qu’en pensez-vous les filles ?

P.S.: Bien entendu, j’ai mes jours pyjamas aussi 😉

Comment écrire de façon efficace et respectueuse à ses collègues ?

L’autre jour, j’ai envoyé un mail à mes collègues, car j’avais vraiment besoin de leur aide concernant un sujet ennuyeux. Il m’a fallu deux mois entiers pour me mettre à l’écrire… mais lorsque je m’y suis mise, c’est comme si j’avais choisis la meilleure façon de le formuler, car j’ai reçu beaucoup de réponses (bien plus que d’habitude).

Voici comment j’ai procédé :

1* Commence avec un sens d’appréciation sincère et de reconnaissance de qui ils sont : « Chers amis, collègues et membres,« 

2* Vas droit au but, défie-les légèrement et nourris leur sentiment d’importance : « Nous avons une question importante à vous poser à tous.« 

3* Expliques brièvement de quoi il s’agit et pourquoi il pose problème : « Cela concerne [ce truc]… que nous devons toujours faire. Il a été établi afin de… [pourquoi] mais nous ne savons pas précisément si c’est la bonne façon de faire.« 

4* Pose la question : « Donc pouvez-vous nous dire ce que vous savez en la matière ?« 

5* Remercie pour leur temps et termine avec les salutations appropriées.

Les conseils de Dale Carnegie

C’est tout.
C’est bien plus simple et court que mes mails habituels. Je suis plutôt fière car d’ordinaire j’aime écrire énormément et expliquer tout en détails… et j’ai appliqué, sans y penser consciemment, certains des gros principes qu’a écrit Dale Carnegie dans ses livres.
D’ailleurs, je vous recommande vraiment de lire au moins de ses livres. Il explique et illustre parfaitement chaque principe, avec un grand sens de respect et de compréhension pour autrui. Ces livres améliorent ma vie depuis mes 16 ans…! Et j’y retourne régulièrement, juste pour me rafraîchir la mémoire… Car il n’est simplement pas possible de tout appliquer et maîtriser en même temps.

Vous pouvez trouver les références des livres de Dale Carnegie par ici 🙂

Éclipses, lunes et nous

Le but de cet article est de partager mes petites observations et de rassurer mes lecteurs « (hyper-)sensibles » : nous sommes dans une période de changements, tout est normal ! Les éclipses lunaires font ressortir des choses à libérer, il faut lâcher prise. Les éclipses solaires vous aident à vous révéler et à entamer un nouveau chapitre de votre vie. Voici quelques informations qui vous seront utiles pour vous préparer.

Source

Dans cet article, vous trouverez mon inspiration pour la période actuelle (pleine lune et éclipse lunaire du 7 août mais aussi éclipse solaire du 21 août), issue d’une interprétation astrologique assez logique et bien fondée pour cette année : https://www.consciousreminder.com/2017/08/05/lunar-eclipse-august-7-2017-shaking-life1/ et https://www.consciousreminder.com/2017/08/13/solar-eclipse-august-21-2017-virgin-queen/. En bref : « We all have our own unique energy and by owning this it gives rise to our purpose and to our true soul calling.« 

2017, l’année du changement et des nouveaux départs

Ce n’est pas la première fois qu’on le dit, les Chinois le savent déjà avec leur horoscope : cette année – 2017 – est propice aux changements, au renouveau. Or, pour tout changement, il faut que les problèmes soient révélés pour pouvoir les « transformer en lumière positive », c’est-à-dire pour avancer et changer.

L’intérêt de cette année est que nous arrivons à un nouveau chapitre de notre vie et nous pouvons décider qui on veut être au fond, réinventer nos vies. La conscience de la planète et de l’humanité s’accroît toujours un peu plus : les erreurs, mensonges, la corruption et autres problèmes sont exposésc’est la seule façon d’améliorer les choses.

C’est la beauté de ce type d’analyse astrologique : tout le monde est concerné ! D’ailleurs, pensez-y.  Qu’avez-vous dû avouer (et nettoyer) cette année dans votre vie ?

Les éclipses lunaires, ça chamboule

Savez-vous qu’en février, nous avons eu droit à une autre éclipse lunaire ? Repensez un instant aux événements de fin janvier et du mois de février… il y a sûrement des choses dans votre vie qui ont pris un tournant important. De quelle thématique s’agit-il : amour, santé, relations familiales et sociales, boulot ? Il se peut que la thématique soit la même entre l’éclipse lunaire de février et celle d’août. Voilà où se trouve votre nouveau départ !

En fait, les éclipses lunaires nous poussent systématiquement à faire des changements nécessaires dans notre vie, faire des choix en accord avec notre esprit, notre corps et notre âme. L’énergie de ces moments nous permet de libérer pleins de choses (par exemple, des émotions) et lâcher prise. Cela nous aide à aller de l’avant, faire de la place pour de nouvelles choses. Les parties un peu instables de notre vie sont souvent remises en cause lors de ces éclipses !

La pleine lune du 7 août et l’éclipse

Cette éclipse lunaire était très particulière. Vous avez certainement senti de drôles d’émotions remonter à la surface, par exemple des peurs insoupçonnées, des doutes et besoins de prendre des décisions durant les trois jours autour de la pleine lune. Certains ont dû mal à dormir, d’autres tombent malades (leur corps évacue par les moyens qu’ils ont… si on ne parle pas, le corps parle).

Cette lune était en Verseau. Ce signe est littéralement le signe du non-conformisme. Il invite toujours à sortir de sa zone de confort, penser « outside of the box« , faire les choses selon de nouvelles façons. L’énergie du Verseau nous pousse à suivre nos propres inspirations et aspirations et à ignorer les attentes de la société.

Alors, qu’avez-vous ressenti durant ces quelques jours ? Que voulez-vous lâcher dans votre vie ? Que voulez-vous poursuivre dans votre vie ? Suivez votre intuition, c’est le meilleur guide que vous puissiez trouver !

éclipse révèle mon vrai moi
L’éclipse solaire du 21 août

Cette éclipse sera en Lion. Attendez-vous à être ébloui par les fortes énergies et la puissance de ce moment ! Chaque acte et chaque parole peuvent être exposés ! Préférez la vérité au mensonge. C’est la continuité de ce qu’on voit petit à petit cette année : on ne sait plus rien cacher. Soyez forts, vrais et honnêtes, y compris avec vous-mêmes, c’est la seule solution ! L’énergie de cette éclipse amplifiera tout. Il vaut mieux éviter les vengeances, ça pourrait vraiment mal tourner pour vous. Prenez en compte le revers de la médaille !

La dernière éclipse solaire totale date d’il y a 18-19 ans… Vous souvenez-vous de ce qui s’est passé dans votre vie à ce moment là ? Il est possible que l’éclipse qui se profile va vous permettre de révéler ce que vous avez commmencé à construire à cette période.

Les grandes inspirations, innovations et mouvements libérateurs, qui viennent de l’énergie du Verseau, pourront faire gagner en popularité leurs inventeurs et génies. Prenez soin de garder les pieds sur terre. Restez vous-même et laissez briller votre lumière intérieure !

Il est possible que nous ressentions une envie plus forte que d’accoutumée à aimer, protéger et aider les autres, surtout ceux que nous aimons. Veillez à communiquer et mettre une juste proportion dans le soin que vous apportez à votre personne et aux autres.

Cela sonne comme un nébuleux horoscope et cela paraît peu concret mais soyez assurés que l’on ne s’ennuyera pas ce mois-ci ! L’énergie lancée par cette éclipse aura un impact, comme toujours, visible sur les mois suivants. Le plus important est toujours de suivre son intuition et de se faire confiance, le reste sera peut-être juste du décor pour vous.

briller votre lumière intérieure cadre
Mantra time ~ Musique maestro

Une super musique pour accompagner les moments difficiles et les changements est le Gayatri Mantra chanté par Deva Premal, par exemple.

N.B.: Je chante aussi ce mantra avant d’emménager quelque part, en guise de « rituel d’emménagement » pour nettoyer les énergies du passé et nous laisser de la place dans notre nouveau chez-nous.

Avez-vous le bon réflexe pour sauver vos finances et votre couple ?

Que faites-vous si vous arrivez aux toilettes et que votre tendre moitié, proche, colocataire ou cokotteur a oublié de positionner le couvercle des toilettes comme vous l’entendez ?

Curieusement, ce simple détail est connu pour mener à l’énervement ; cette goutte qui fait déborder le vase (c’est mieux que la cuvette notez bien) est en fait plutôt aisée à résoudre avec « les bons » arguments. Il suffit de trouver le compromis « mêmes efforts pour tout le monde », le tout pour une bonne raison… parce qu’évidemment, les êtres humains ont généralement besoin d’une bonne raison pour faire les choses.

La solution : tout le monde ouvre et referme le couvercle ; les hommes poignent dans la lunette en même temps lorsqu’il le juge nécessaire. Fin du problème.

La bonne raison : en feng shui, garder la cuvette des WC ouvert équivaut à jeter ses finances aux chiottes.
Si vous souhaitez symboliquement mieux gérer vos sous, fermez toujours le couvercle de vos toilettes.

Vous cherchez des livres sur le sujet ? Quelques références par ici 🙂

img_1471