Je suis slasheuse… mais ça veut dire quoi ? | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 25

Confortablement assise dans un fauteuil, la tablette sur les genoux, je regarde par les baies vitrées du garage. Les voitures défilent à toute allure devant le bâtiment. Tandis que j’attends que le garagiste change les freins de mon auto, je songe aux différentes tâches de ma to-do liste… Si on résume, il y a du taf à la maison (pour la rendre potable avant l’arrivée de belle-maman), de la paperasse à boucler (histoire d’avoir quelques menues monnaies complémentaires entre les missions rémunérées), des articles à rédiger, des mails à composer et des projets à finaliser. 

À cet instant, si on me demande ce que je fais dans la vie, c’est relativement long à exprimer : rédactrice / chroniqueuse / copywriter / storyteller / blogueuse / salariée / freelance / chômeuse / entrepreneure / conseillère en développement personnel et marketing digital… Je sais, c’est assez long. Vous pouvez en rire. 

Simplifions tout cela pour le commun des mortels : je suis slasheuse, rédactrice et entrepreneure. Parce que j’ai pleins de projets, que j’adore partager avec le monde (merci internet) et que tout ne marche pas toujours comme je veux. 

Mais slasheuse, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que je n’ai pas su/pu/voulu choisir entre un métier et un autre. D’une fois à l’autre, c’est une question d’argent, d’envie ou d’opportunités… Alors, je fais les deux. C’est un concept qui s’est pas mal répandu en France mais pas des masses en Belgique ou au Luxembourg, j’ai l’impression… On peut ainsi rencontrer des plombiers humoristes, des infirmières peintres, des agriculteurs DJ, des carreleurs graphistes… 

Bref, vous avez compris, c’est quand on n’est plus qu’une profession à la fois. Et je dis « est » volontairement car dans cette société, c’est comme ça que l’on considère la carrière. Les habituels « tu fais quoi dans la vie ? » impliquent généralement une notion de profession qui définit ton statut… et apparemment ton identité. 

Ce qui est chouette, de nos jours, c’est qu’il y a de plus en plus de gens qui commencent à défier cette façon de voir les choses. Et je vous avoue que j’en fais partie : ma carrière ne définit pas qui je suis, loin de là. Idem pour vous : votre profession ne détermine pas votre identité. Vous avez le droit d’exercer un métier de caissière et d’être un génie qui s’épanouit dans sa vie. Et même si notre temps et notre vie tournent beaucoup autour du travail, vous le savez bien, il y a bien plus que cela dans le monde. Enfin, je m’égare un peu. 

Il y a quelque temps, j’étais anthropologue physique / correspondante presse. J’ai aussi été intérimaire en magasin / blogueuse / archéo-anthropologue… Car toutes les anecdotes que j’aime vous partager chaque semaine dans cette chronique, je ne les ai pas toujours vécues tour à tour. C’était parfois simultanément, à mi-temps ou à tiers-temps. Et je suis certaine que je ne suis pas la seule. 

Notre société est telle qu’aujourd’hui notre passion n’est pas toujours viable à temps plein. La preuve en est le nombre important de personnes qui se lancent en tant qu’indépendant complémentaire ! Nous sommes nombreux aussi au sein de la coopérative Smart, cette entreprise partagée où l’on peut déclarer nos prestations de passionnés, qu’elles soient ponctuelles ou plus régulières (et participer sagement au système d’imposition, etc.). 

Au loin, j’entends un semi-remorque passer. Je passe ma main dans mes cheveux, percevant leur douceur, leur odeur et leur longueur, avant de penser à tous ces moments où j’ai essayé d’expliquer ma profession à quelqu’un. Presqu’à chaque fois, je finissais par choisir une de mes deux (ou trois) activités pro du moment. C’est plus court et tout le monde n’a pas envie d’entrer dans une réflexion sur le sens du métier aujourd’hui, ou sur le cliché qu’on attribue aux travailleurs slasheurs… Mais honnêtement, c’est le bon moment pour ouvrir les yeux et briser les tabous sur tout ça. Je vous laisse, ma voiture est réparée.

La suite au prochain épisode…

Chronique d’une Sans Emploi Fixe | L’Info de la Région 2021 | SEMAINE 38

Publié par Hélène M.A. Déom

Une femme du 21e siècle… Une entrepreneure slasheuse qui s’assume et s’exprime. Une philanthrope enthousiaste qui aime réfléchir sur les différents domaines de la vie (job, amour, santé, lifestyle…). Une passionnée de partages empathiques et bienveillants d’histoires de vie. Mon nom est Hélène Déom (vu que nous sommes 2 dans ma province, j’utilise souvent mes deuxièmes prénoms M.A.). Aspirante écrivaine depuis mes 16 ans, j’ai découvert le monde en étudiant à l’université… Mais peu importe mes diplômes, ma “carrière” évolue et varie d’une année à l’autre. Citoyenne du monde et mangeuse “compliquée”, je me nourris de produits glutenfree et dairyfree, comme disent les Anglais. Aujourd’hui, j’ai 30 ans et j’écris autant pour vivre que pour réfléchir à la vie… Si tu aimes ce que je rédige, laisse-moi un commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :