Je suis féministe et je porte des talons

L’autre jour, je regardais mes collègues marcher. Elles portent le plus souvent des chaussures à semelles plates, parfois hautes ou compensées mais rarement des talons hauts. Cette observation m’a rendue songeuse. Pourquoi je porte des talons quasi tous les jours, moi, au fait ? Est-ce pour compenser ma taille ? 1m60 est une taille tout à fait normale pour une femme… Alors, pourquoi aurais-je besoin d’y ajouter des centimètres ?

Alors que je me lève pour reprendre un café, mes pieds se courbent et je ressens la semelle contre mon pied. Les talons surélevés me donnent une certaine impulsion quand je marche, même pensive. Je me sens déterminée, je me sens bien.

En appuyant sur le bouton de la machine à café, je ne peux m’empêcher de penser aux commentaires que certaines féministes font sur le fait de porter des talons… Cet instrument de torture contribue au regard des hommes, alors, forcément, la remise en question est compréhensible. Mais si je porte ce type de chaussures, ce n’est certainement pas pour que les hommes me regardent (ni pour me torturer pour le plaisir). Aujourd’hui, je le sais, j’ai assez d’assurance que pour ne pas ressentir le besoin d’être regardée. D’ailleurs, curieusement, j’ai toujours eu l’art de trébucher quand je me sens particulièrement observée (voire jugée ?). Ce n’est donc pas mon objectif.

Par contre, dans mon quotidien, j’aime me sentir bien dans mon corps, sûre de moi, forte et déterminée. J’apprécie aussi ressentir une sorte de puissance au travail, celle qui émane d’une femme d’affaires, selon l’idée que je m’en fais. Et si je ne me considère pas vraiment comme ayant le chiffre d’affaires d’une femme d’un « tel calibre », je sais que ce que je ressens contribue à m’en rapprocher…

Malgré l’entrave qu’ils peuvent représenter pour certaines femmes, les talons ont tendance à m’apporter ce petit plus de détermination, cette sensation qui me propulse vers l’avant, dans l’action, dans le mouvement.

Voilà de quoi être motivée ! Peu importe les obstacles, peu importe si j’ai des missions à prester et peu importe les chiffres affichés sur mon compte en banque… Avec cette sensation aux pieds, je me branche sur la business woman en moi, j’avance. Et tant pis pour les clichés du féminisme.

P.S.: la fille de la campagne que je suis aime aussi marcher pieds nus partout… Mais ça, c’est une autre histoire 🙂

Publié par Hélène M.A. Déom

Une femme du 21e siècle… Une entrepreneure slasheuse qui s’assume et s’exprime. Une philanthrope enthousiaste qui aime réfléchir sur les différents domaines de la vie (job, amour, santé, lifestyle…). Une passionnée de partages empathiques et bienveillants d’histoires de vie. Mon nom est Hélène Déom (vu que nous sommes 2 dans ma province, j’utilise souvent mes deuxièmes prénoms M.A.). Aspirante écrivaine depuis mes 16 ans, j’ai découvert le monde en étudiant à l’université… Mais peu importe mes diplômes, ma “carrière” évolue et varie d’une année à l’autre. Citoyenne du monde et mangeuse “compliquée”, je me nourris de produits glutenfree et dairyfree, comme disent les Anglais. Aujourd’hui, j’ai 30 ans et j’écris autant pour vivre que pour réfléchir à la vie… Si tu aimes ce que je rédige, laisse-moi un commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :