Quand ton job n’est pas si rose ou que tu es harcelé au boulot…| Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 6

Ce midi, nous avons parlé de nos précédentes expériences professionnelles avec les collègues. Certains ont vécu de ces situations rocambolesques…! C’est hallucinant. Les uns ont confié avoir travaillé pour des sociétés qui vendent un peu de tout… Les autres ont rencontré des patrons qui sont loin d’être roses… Quand on apprend cela, on chérit toutes les expériences “sans histoire” !

Je ne peux m’empêcher de repenser aussi aux situations de plusieurs de mes proches et amis qui ont vécu des moments très durs dans leur profession. Des personnes les ont submergés de travail, sans mesure ni planning approprié, les ont critiqués à n’en plus finir, sans fondement ni raison, les ont bafoués, diffamés… Et tout cela venait de personnes qui n’avaient pas les moyens de juger correctement la qualité de leur travail !

Cela m’est aussi arrivé de croiser de telles personnes, bien sûr. Et puisque cette chronique n’a pas pour but de casser du sucre sur des humains ou d’entacher la réputation d’entreprises, je resterai vague volontairement. Mais cela fait partie des expériences professionnelles et c’est normal d’en parler. Peu importe leur secteur d’activité au final, cela arrive partout. Associations ou sociétés privées, personne n’est vraiment à l’abri de vivre ce genre d’expériences. Tout le monde peut rencontrer ce type de comportements dévalorisants, démoralisants, voire impardonnables… Et face à une telle violence verbale, nous sommes encore souvent fort démunis. Mais le but est de mettre en lumière un problème de respect qui se pose, non ?!

Moi-même, un jour, je me suis retrouvée dans une situation où mon travail n’était pas jugé à sa juste valeur. En plus, j’étais quasi certaine que mon employeur de l’époque était en burn-out. Je me suis posée mille questions. Devais-je le dire ? Est-ce que cela a altéré sa perception de mes efforts ? Cela n’excusait pas, bien sûr, le manque de reconnaissance de mon travail. Je pensais d’ailleurs que c’était justifié d’être réactive dès que la situation ne me convenait pas. Mais était-ce la bonne solution ? Ai-je joué un rôle accablant dans son état d’esprit ? A-t-elle été libérée d’un poids une fois que je suis partie ? Pourtant, j’ai apprécié les échanges créatifs et un peu fous que nous pouvions avoir lors de certaines tâches et je serai toujours reconnaissante qu’elle m’ait donnée ma chance. Mais y avait-il d’autres réactions possibles de ma part face à ce jugement et cette incompréhension de tout le travail que je fournissais pour elle ? Vous l’aurez compris, il n’y avait pas d’atomes crochus, en définitive. Et je suis soulagée de ne pas avoir été confrontée à pire en freelance… Car combiné à l’instabilité, les problèmes d’affinité ou le harcèlement sont certainement bien plus difficiles à gérer. Les impressions de rejet ou d’inutilité sont déjà fort fréquentes entre chaque mission… C’est vraiment complexe, même avec la passion ! 

Honnêtement, j’admire ces personnes qui ont fait l’objet de harcèlement, qui tiennent bon et apprennent à se reconstruire. 

Avec le recul, je comprends que tout cela constitue une excellente raison pour tous les adultes avec un peu d’expérience de nous rabâcher le fameux “Quoi que tu fasses, fais ce que tu aimes…” ! Merci à eux.

La suite au prochain épisode…

Chronique d’une Sans Emploi Fixe par Hélène Déom | pour L’Info de la Région 2021 | SEMAINE 16

Publié par Hélène M.A. Déom

Une femme du 21e siècle… Une entrepreneure slasheuse qui s’assume et s’exprime. Une philanthrope enthousiaste qui aime réfléchir sur les différents domaines de la vie (job, amour, santé, lifestyle…). Une passionnée de partages empathiques et bienveillants d’histoires de vie. Mon nom est Hélène Déom (vu que nous sommes 2 dans ma province, j’utilise souvent mes deuxièmes prénoms M.A.). Aspirante écrivaine depuis mes 16 ans, j’ai découvert le monde en étudiant à l’université… Mais peu importe mes diplômes, ma “carrière” évolue et varie d’une année à l’autre. Citoyenne du monde et mangeuse “compliquée”, je me nourris de produits glutenfree et dairyfree, comme disent les Anglais. Aujourd’hui, j’ai 30 ans et j’écris autant pour vivre que pour réfléchir à la vie… Si tu aimes ce que je rédige, laisse-moi un commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :