Quand tu passes l’hiver sur un chantier ou derrière un caddie… | Chronique d’une Sans Emploi Fixe | 4

Ça y est, le froid est revenu. Après le soleil de la semaine dernière, c’est tellement surréaliste…! C’est comme si le printemps s’amusait à nous donner des petits moments de répit et d’espoir, avant de changer d’avis… Aujourd’hui, la fraîcheur du matin me rappelle que le mois de mars est à peine derrière nous.

Sur la route vers le boulot, j’ai vu des éboueurs et des ouvriers communaux chargés de prendre soin des espaces verts… Petite pensée pour eux. Ils ne doivent pas avoir facile tous les jours, vu les températures peu accommodantes de la saison.

Cela me rappelle certains chantiers de fouilles où nous étions équipés comme des bonshommes Michelin pour gratter une terre humide, glaciale, presque gelée… Nous mettions au jour des structures archéologiques et des squelettes avant les beaux jours et l’intervention des sociétés de construction/rénovation sur le terrain. Ce n’était pas toujours pratique d’être aussi emmitouflés puisque ça limitait les mouvements et la précision… Mais on s’en sortait toujours plutôt bien. Heureusement pour moi, les périodes les plus froides de l’hiver, je me retrouvais souvent à les passer en laboratoire pour effectuer mes analyses. Mais mes collègues archéologues, techniciens et ouvriers de fouilles en voient de toutes les couleurs niveau météo… La passion, dites-vous ?! 

L’hiver au drive avait aussi son lot de folklore. Ainsi, malgré la neige, mes collègues et moi bravions le froid, le verglas et la couche de flocons au sol, poussant les caddies remplis de courses jusqu’aux véhicules des clients et les déposant directement dans leur coffre. Le plus drôle, c’était de maîtriser le chariot -  parfois fort lourd - pour qu’il ne glisse pas en direction de la voiture… Je me demande comment ils font aujourd’hui avec les gestes barrières. Mais à ce moment-là, quelle facilité c’était pour le client ! C’est le genre de service qui fait vraiment plaisir, bien que ce soit du sport et que je suis aussi baraquée qu’une crevette. Je ne vous dis pas la galère que c’était parfois de composer les commandes riches en packs d’eau, bacs de bières ou sacs de pellets… Par chance, il y avait toujours quelqu’un pour donner un coup de main !

La suite au prochain épisode…

Chronique d’une Sans Emploi Fixe par Hélène Déom | pour L’Info de la Région 2021 | SEMAINE 14

Publié par Hélène M.A. Déom

Une femme du 21e siècle… Une entrepreneure slasheuse qui s’assume et s’exprime. Une philanthrope enthousiaste qui aime réfléchir sur les différents domaines de la vie (job, amour, santé, lifestyle…). Une passionnée de partages empathiques et bienveillants d’histoires de vie. Mon nom est Hélène Déom (vu que nous sommes 2 dans ma province, j’utilise souvent mes deuxièmes prénoms M.A.). Aspirante écrivaine depuis mes 16 ans, j’ai découvert le monde en étudiant à l’université… Mais peu importe mes diplômes, ma “carrière” évolue et varie d’une année à l’autre. Citoyenne du monde et mangeuse “compliquée”, je me nourris de produits glutenfree et dairyfree, comme disent les Anglais. Aujourd’hui, j’ai 30 ans et j’écris autant pour vivre que pour réfléchir à la vie… Si tu aimes ce que je rédige, laisse-moi un commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :